John Libbey Eurotext

Virologie

MENU

Le virus Ebola Côte d'Ivoire Volume 1, numéro 2, Mars - Avril 1997

Auteurs
Station centrale de microscopie électronique, Institut Pasteur, 25, rue du Dr-Roux, 75724 Paris Cedex 15
  • Page(s) : 163-4
  • Année de parution : 1997

En décembre 1994, nous avons reçu le sérum d'une patiente qui avait présenté une fièvre résistant aux antimalariques en Côte d'Ivoire. Une infection par arbovirus étant suspectée, des cellules d'insectes (C6-36) et de rein de singes (Vero E6) étaient inoculées. Aucun effet cytopathologique (ECP) n'était décelable après une semaine, un passage aveugle était pratiqué. Après trois jours, le tapis de cellules Vero présentait des foyers réfringents et des cellules se détachaient. Une recherche par immunofluorescence à l'aide de sérums dirigés contre les principaux arbovirus africains était négative sur les deux lignées cellulaires. Cependant de grosses inclusions intracytoplasmiques étaient mises en évidence uniquement dans les cellules Vero, tant par coloration à l'hémalun-éosine que par immunofluorescence avec un sérum de la patiente convalescente. Nous avions la preuve que l'ECP était dû à un virus contre lequel le patient avait développé des anticorps. Afin de restreindre le nombre de genres viraux à envisager, un examen en microscopie électronique était pratiqué sur une culture. Le tapis cellulaire a été fixé par 1,6 % glutaraldéhyde dans un tampon phosphate 0,1 M pH 7,4, puis post-fixé par le tétroxyde d'osmium à 1 %, déshydraté, inclus, sectionné et contrasté selon les méthodes conventionnelles de la microscopie électronique. Très rapidement au cours de l'observation, nous avons remarqué des amas intracellulaires qui se sont révélés être des amas de nucléocapsides en formation (figure, nc : nucléocapsides indiqués par des têtes de flèche). Ensuite, au niveau des espaces extracellulaires, nous avons remarqué des sections multiples de virus présentant la morphologie très caractéristique des filovirus (figure). Cette observation a grandement facilité l'orientation du diagnostic.