JLE

Virologie

MENU

Le virome cutané : de la virologie à la médecine personnalisée Volume 27, numéro 6, Novembre-Décembre 2023

Illustrations


  • Figure 1.

  • Figure 2.

  • Figure 3.

  • Figure 4.

  • Figure 5.

  • Figure 6.

  • Figure 7.
Auteurs
1 Inflammation, microbiome and immunosurveillance, Inserm UMR-996, Université Paris-Saclay, Bâtiment Henri Moissan, 17, avenue des Sciences, 91400 Orsay, France
2 Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, Hôpital Ambroise Paré, Laboratoire de Microbiologie, Boulogne-Billancourt, France
* Correspondance : C. Deback

Le virome cutané, défini par l’ensemble des virus détectés au niveau de la peau, représente une part importante du microbiote. Découverte beaucoup plus récente que celle de la flore bactérienne, l’existence du virome cutané a été révélée par les récentes études de métagénomique. Le virome de la peau humaine d’apparence normale est dominé par des bactériophages, des Papillomaviridae dont la diversité génomique s’est révélée extraordinaire, et des Polyomaviridae. De nombreux génomes viraux encore inconnus au sein de ce virome attendent d’être identifiés. La composition du virome cutané a été montrée strictement individuelle et relativement stable dans le temps, conséquence d’une adaptation étroite à la génétique de chaque individu, de son mode de vie et de mécanismes de tolérance immunologiques finement sélectionnés au fil de l’évolution. Encore peu étudié, le virome cutané ainsi que l’ensemble de ses interactions avec les autres micro-organismes du microbiote et son hôte suscitent un intérêt grandissant. En effet, les altérations d’origine constitutionnelle ou acquise de l’homéostasie entre le virome commensal et la peau se manifestant par des dysbioses virales infracliniques jusqu’à des transformations sévères des kératinocytes ou des cellules annexielles. Ces observations récentes stimulent la recherche de solutions innovantes visant à mesurer voire moduler son expression pathologique dans des perspectives de médecine personnalisée.