John Libbey Eurotext

Virologie

MENU

La transmission materno-fœtale du SARS-CoV-2 : réalité ou fantasme Volume 24, numéro 3, Mai-Juin 2020

Auteurs
1 Service de gynécologie-obstétrique, Hôpital Louis Mourier, AP-HP, Université de Paris, IAME Inserm U1137, Paris, France
2 IDMIT, CEA, Université Paris-Saclay, IMVA Inserm U1184, Fontenay-aux-Roses, France
3 Service de Virologie, Hôpital Paul Brousse, AP-HP, Université Paris Saclay, Inserm U1193, Villejuif, France
* Correspondance

Le coronavirus émergeant nommé SARS-CoV-2 s’est rapidement propagé à travers le monde. Responsable de pneumopathies sévères (Covid-19), il existe aussi des doutes concernant une éventuelle transmission materno-fœtale de ce virus. Les données actuelles sont parcellaires et issues de petits groupes de patientes. Elles tendent à conforter l’idée que la transmission materno-fœtale du SARS-CoV-2 est très rare, mais le délai entre l’infection et l’accouchement était souvent très court et ne permettait peut-être pas une réplication virale suffisante pour envisager un passage trans-placentaire. Cette revue analyse les données virologiques existantes et celle restant à acquérir. Ainsi, l’histoire naturelle de l’infection à SARS-CoV-2 chez la femme enceinte et le risque de transmission in utero n’est pas encore complètement compris ni défini. À quatre mois de l’émergence de ce virus, il est donc raisonnable d’attendre les résultats d’études spécifiques sur de plus grandes cohortes qui pour être concluantes doivent répondre aux meilleurs critères scientifiques possibles.