John Libbey Eurotext

Virologie

MENU

Fonctions cellulaires et antivirales de TRIM5α Volume 24, numéro 6, Novembre-Décembre 2020

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
Auteurs
Département de biologie médicale, Université du Québec à Trois-Rivières, Trois-Rivières, Québec, Canada
* Corespondance

Dans cette revue, nous résumons les avancées récentes dans l’étude des fonctions biologiques de TRIM5α humaine, une protéine cytoplasmique connue principalement pour ses fonctions antirétrovirales. En plus de cibler directement le noyau capsidique viral (cœur viral), une activité appelée « restriction », TRIM5α a une fonction de détection de rétrovirus conduisant à l’activation des voies de signalisation NF-κB et AP-1 de l’immunité innée et résultant notamment en la production d’interféron de type I (IFN-I). L’état antiviral résultant de ces voies d’activation implique la régulation positive d’autres facteurs de restriction, et est probablement importante pour le contrôle du VIH-1 chez certains patients. TRIM5α inhibe également la protéase de certains flavivirus transmis par les tiques, une famille de virus relativement éloignée des rétrovirus. En plus de ces fonctions antivirales, TRIM5α favorise l’autophagie, un processus de dégradation intracellulaire, et joue le rôle de récepteur de l’autophagie en interagissant avec des protéines clés de l’autophagie telles que ULK1 et p62. En conclusion, l’état des connaissances sur TRIM5α montre son potentiel dans le développement d’applications médicales dans le contexte de maladies infectieuses et au-delà.