John Libbey Eurotext

Virologie

MENU

Daxx, un facteur de restriction virale à large spectre Volume 20, numéro 5, Septembre-Octobre 2016

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
Auteurs
Université Paris Descartes,
Unité Inserm UMR 1124,
45, rue des Saints-Pères,
75006 Paris, France
Centre d’études d’agents pathogènes
et biotechologies pour la santé (CPBS)
CNRS FRE3689, Université de Montpellier
1919, route de Mende
34293 Montpellier cedex 5, France
* Tirés à part

Daxx est une protéine ubiquitaire, qui a tout d’abord été identifiée comme un ligand du récepteur Fas. Bien que la forme cytoplasmique de Daxx soit impliquée dans l’apoptose, la protéine s’est révélée être majoritairement nucléaire. Dans le noyau, Daxx est principalement associée à la protéine PML au sein des corps nucléaires PML (CN PML), des structures nucléaires dynamiques impliquées dans de nombreux processus cellulaires. La principale fonction de Daxx dans le noyau est celle d’un répresseur transcriptionnel, fonction qu’elle exerce en interagissant avec de multiples facteurs impliqués dans la transcription. Daxx, tout comme les autres protéines résidentes des CN PML, PML, mais aussi Sp100 et ATRX, est impliquée dans la défense antivirale. Elle est d’ailleurs la cible de nombreux virus qui vont soit la délocaliser, soit provoquer sa dégradation. La restriction virale imposée par Daxx a été particulièrement étudiée dans le cas des herpèsvirus et des adénovirus, mais de récentes découvertes suggèrent que Daxx a également un rôle majeur dans la réplication des rétrovirus et notamment du VIH-1. Dans cette revue, nous résumons et discutons les différentes activités antivirales de Daxx et détaillons les stratégies que les virus ont développées pour y échapper.