John Libbey Eurotext

Sang Thrombose Vaisseaux

MENU

Urgence neurochirurgicale chez une femme de 23 ans traitée par rivaroxaban : comment gérer l’anticoagulation ? Volume 34, numéro 3, Mai-Juin 2022

Illustrations

  • Figure 1.
  • Figure 2.
Auteurs
1 Hôpital Lariboisière (AP-HP), service d’hématologie biologique, 2, rue Ambroise Paré, 75010 Paris, France
2 Hôpital Lariboisière (AP-HP), service de neuro-radiologie, Paris, France
3 Hôpital Lariboisière (AP-HP), service de neurologie, Paris, France
4 Hôpital Bicêtre (AP-HP), service de neuro-chirurgie, 78, rue du Général Leclerc, 94270 Le Kremlin-Bicêtre, France
5 UMR-S-1140 Innovations thérapeutiques en hémostase, Paris
* Tirès à part : V. Siguret

La prise en charge des patients traités par inhibiteurs directs du facteur Xa (rivaroxaban, apixaban) présentant une hémorragie grave repose actuellement sur l’utilisation d’agents hémostatiques, tels que les concentrés de complexe prothrombique (CCP) ou les CCP activés, selon les propositions du Groupe d’intérêt sur l’hémostase péri-opératoire (GIHP). Nous rapportons ici le cas d’une urgence neuro-chrirugicale concernant une jeune patiente traitée par rivaroxaban à dose curative et ayant nécessité la réversion de l’anticoagulation en urgence devant une tétraparésie rapidement évolutive.