John Libbey Eurotext

Sang Thrombose Vaisseaux

MENU

Thermodynamique du laser endoveineux. Méthode endothermique ou thermomécanique ? (partie 1) Volume 34, numéro 4, Juillet-Août 2022

Illustrations

  • Figure 1.
  • Figure 2.
  • Figure 3.
  • Figure 4.
  • Figure 5.
  • Figure 6.
  • Figure 7.
  • Figure 8.
  • Figure 9.
  • Figure 10.
  • Figure 11.
  • Figure 12.
  • Figure 13.
  • Figure 14.
  • Figure 15.
  • Figure 16.
  • Figure 17.
  • Figure 18.
  • Figure 19.

Tableaux

Auteurs
1 Hopitaux Pitié-Salpetrère et Cochin, DIU lasers médicaux, 47-83, boulevard de l’Hôpital, 75013 Paris, France
2 Hôpital privé d’Antony, pôle cardiovasculaire interventionnel, 1, rue Velpeau, 92160 Antony, France
3 Hôpital universitaire, chirurgie vasculaire, 10000 Rabat, Maroc

Après avoir constaté que la Haute Autorité de santé (HAS) et les consensus mondiaux en 2011 et 2014 gradaient IA la radiofréquence (RF) et le laser endoveineux (LEV) en tant que techniques dites « endothermiques », il nous est apparu un paradoxe concernant les températures obtenues en thermocouple au contact entre la sonde et l’extrémité d’une fibre optique avec le LEV lors du tir. En effet, constatant que les températures enregistrées sont de 80 à 120 °C pour la RF, elles se situent entre 1 000 à 1 700 °C pour le LEV. Au regard de nos observations cliniques, histologiques et échographiques en haute résolution et de modélisations optiques et thermodynamiques, le LEV constituerait plutôt un effet thermomécanique, propre au LEV, tandis que la RF constituerait un effet thermique pur.

Le paradoxe s’exprime d’autant plus que quelles que soient les longueurs d’ondes utilisées pour le LEV (810 à 1 560 nm essentiellement en littérature), nos observations échographiques mènent au même résultat : une rétractation complète dans l’aponévrose des troncs veineux saphéniens à six mois pour le LEV.

Ceci laisserait supposer que l’étape optique n’est pas forcément une « fin en soi », mais que l’étape thermodynamique finalement peu étudiée serait plutôt « le maître des horloges ». Nous rédigeons cet article en deux parties : la première concerne l’étape optique, l’impact tissulaire et les résultats histologiques et la seconde est destinée aux notions de thermodynamique tissulaire plaidant en faveur d’un effet thermomécanique du LEV.