JLE

Sang Thrombose Vaisseaux

MENU

Les nouveaux critères de classification 2023 du syndrome des antiphospholipides (critères ACR/EULAR 2023) Volume 35, numéro 6, Novembre-Décembre 2023

Illustrations


  • Figure 1.

Tableaux

Auteurs
CHRU de Nancy, Centre de référence national des maladies auto-immunes et auto-inflammatoires systémiques rares de l’adulte, service de médecine vasculaire, université de Lorraine, Nancy, France www.apsnancy.com
* Tirés à part : S. Zuili
* D’apres Barbhaiya M, Zuily S, Naden R, et al. 2023 ACR/EULAR antiphospholipid syndrome classification criteria. Arthritis Rheumatol 2023 ; 75 : 1687-1702.

Le syndrome des antiphospholipides (SAPL) est une maladie auto-immune rare, caractérisée par des thromboses et des complications obstétricales, associées à la présence d’anticorps dirigés contre les phospholipides. Les critères de classification de Sapporo-Sydney utilisés depuis 1999 et réactualisés en 2006 présentaient des limites, ne prenant pas en compte certains symptômes et ne permettant pas de stratification basée sur le profil biologique ou les facteurs de risque cardiovasculaire.

Dès 2015, un travail international sous l'égide de l’American College of Rheumatology (ACR) et l’European Alliance of Associations For Rheumatology (EULAR) a débuté pour développer de nouveaux critères de classification du SAPL. Publiés en août 2023, ces critères offrent une spécificité accrue et sont hiérarchisés, pondérés et stratifiés selon le risque vasculaire et le profil biologique. Ils reflètent l’état actuel des connaissances sur le SAPL, facilitant l'inclusion homogène de patients dans des études scientifiques.

Ces nouveaux critères nécessitent quatre étapes pour classer un patient, incluant des critères d'entrée obligatoires et une évaluation des manifestations cliniques et biologiques. Ils visent à une utilisation exclusive en recherche, avec des limites à considérer notamment en clinique (exclusion de certaines manifestations cliniques rares ou de résultats biologiques peu spécifiques). En l’absence de classification selon les nouveaux critères ACR/EULAR 2023, le jugement clinique du praticien prime et reste essentiel pour la prise en charge thérapeutique basée sur les recommandations françaises et internationales en vigueur.