John Libbey Eurotext

Sang Thrombose Vaisseaux

MENU

Intérêt du cathéter de ré-entrée « Outback » dans la recanalisation d’occlusion iliaque de type TASC D Volume 32, numéro 2, Mars-Avril 2020

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7
  • Figure 8
  • Figure 9
Auteurs
Hôpital privé d’Antony, pôle cardiovasculaire interventionnel, 1, rue Velpeau, 92160 Antony, France
* Tirés à part

Les occlusions de l’ensemble de l’axe artériel iliaque, commun et externe (classées TASC D) relèvent plutôt, selon les recommandations du consensus TASC II de 2000, du traitement chirurgical. De multiples publications postérieures ont confirmé la faisabilité et les bons résultats tardifs du traitement endovasculaire, qui est actuellement de plus en plus privilégié dans cette indication anatomique. Néanmoins, malgré la combinaison de plusieurs artifices techniques de l’angioplastie traditionnelle (navigation intra- ou extra-luminale intentionnelle, abord antérograde ou rétrograde), un taux incompressible (autour de 20 %) d’échec de retour du guide dans la lumière d’aval ou d’amont persiste. Pour pallier à ces limites, divers systèmes dits de ré-entrée ont été développés et commercialisés. Parmi eux, le cathéter « Outback », utilisé sous simple contrôle fluoroscopique, sur le principe d’un repère radio-opaque autorisant l’orientation d’une aiguille vers le site souhaité de la ré-entrée, permet le retour du guide dans la lumière artérielle dans plus de 90 % et, de facto, le succès de l’angioplastie dans la foulée, comme dans l’observation que nous rapportons ci-après.