John Libbey Eurotext

Sang Thrombose Vaisseaux

MENU

Douleurs thoraciques aiguës : coroscanner et perspectives en imagerie Volume 35, numéro 1, Janvier-Février 2023

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

  • Figure 3

  • Figure 4
Auteurs
1 Aix-Marseille Université, CNRS, CRMBM, 27, boulevard Jean Moulin, 13005 Marseille, France
2 APHM, Hôpital Universitaire Timone, CEMEREM, 264, rue Saint-Pierre, 13005 Marseille, France
3 Amsterdam UMC, Location AMC, Meibergdreef 9, 1105 AZ, Amsterdam, Pays-Bas
4 Hôpital St Joseph, service de radiologie, 26 boulevard de Louvain, 13008 Marseille, France
* Tirés à part : F. Cadour

La douleur thoracique aiguë (DTA) est un motif de consultation fréquent, avec seulement 10 à 25 % se révélant d’origine cardiaque. L’enjeu de ce problème de santé publique est de ne pas méconnaître un syndrome coronarien aigu (SCA). Pour cela, le raisonnement par classe de probabilité clinique d’obstruction coronaire guidant la prise en charge et les examens complémentaires est un point crucial. La probabilité pré-test de coronaropathie d’un patient représente son pourcentage de risque d’avoir une coronaropathie obstructive et se classe en risque faible (< 5 %) / intermédiaire (5-15 %) / haut (> 15 %). Dans le cadre d’angor s’inscrivant dans un contexte de syndrome coronarien chronique, le coroscanner est à réaliser en cas de faible probabilité clinique. Dans le cadre d’un SCA sans élévation du segment ST, le coroscanner est à réaliser pour les patients avec DTA, à risques faible à intermédiaire avec une troponine et un électrocardiogramme (ECG) non conclusifs. Le coroscanner est l’examen non invasif de référence pour l’étude du réseau coronaire, notamment par sa haute sensibilité et sa valeur prédictive négative se rapprochant de 100 %. Dans cette mini-revue, nous exposons le coroscanner comme examen non invasif fiable à considérer selon le niveau de risque du patient afin de rechercher une coronaropathie.