John Libbey Eurotext

Sang Thrombose Vaisseaux

MENU

Cure-dents et pathologies cardiovasculaires Volume 31, numéro 2, Mars-Avril 2019

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7
Auteurs
Hôpital Privé d’Antony, Pôle cardiovasculaire interventionnel, 25, rue de la Providence, 92160 Antony, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : cure-dent, pathologie cardiovasculaire, perforation du péricarde
  • DOI : 10.1684/stv.2019.1060
  • Page(s) : 65-72
  • Année de parution : 2019

Les corps étrangers ingérés sont responsables d’une perforation du tube digestif dans environ 0,7 à 1 % des cas. Les cure-dents seraient responsables de plus de 8 100 lésions internes et externes chaque année aux États-Unis. Cinq pour cent (5 %) des cure-dents seraient ingérés. Nous avons recensé dans la littérature 22 cas de cure-dents responsables de lésions du système cardiovasculaire. Sept sont arrivés jusqu’au cœur, et sont à l’origine de péricardites, de thrombus intracardiaques ou de lésions coronaires. Sept ont pénétré le réseau artériel (cinq artères iliaques et deux fistules aortico-entériques) et huit le réseau veineux (sept veines caves inférieures [VCI] et une veine mésentérique supérieure). Ces cure-dents s’introduisent le plus souvent dans les tissus en perforant la paroi duodénale ou sigmoïdienne. Ils embrochent au passage les tissus traversés. La VCI peut être la voie de passage vers le cœur ou la destination finale du cure-dent. Dans ce cas, la présentation est le plus souvent celle d’un thrombus infecté. La mortalité, qui se réduit ces dernières décennies, reste importante (cinq cas sur 22).