JLE

Sang Thrombose Vaisseaux

MENU

Consommation d'alcool et risque vasculaire des diabétiques Volume 14, numéro 6, Juin - Juillet 2002

Auteurs
CHU de Bordeaux, groupe hospitalier Sud, service de nutrition, de diabétologie et des maladies métaboliques, avenue de Magellan, 33604 Pessac cedex, France.

Dans la population générale, plusieurs études épidémiologiques montrent une corrélation négative entre la consommation modérée d'alcool et l'incidence de l'infarctus du myocarde. Cette diminution de la morbi-mortalité cardiovasculaire est d'autant plus importante que la population a un risque vasculaire élevé. Plusieurs études récentes ont montré qu'une consommation modérée d'alcool (inférieure à deux verres par jour) chez l'homme ou la femme diabétique entraînait également une diminution de la mortalité totale par baisse du risque cardiovasculaire (Tanasescu, J Am Coll Cardiol 2001 ; 38 : 1836-42 ; Fuchs, N Engl J Med 1995 ; 332 : 1245-50). Pour une consommation importante d'alcool (au-delà de deux verres par jour ou de 30 g d'alcool par jour), les auteurs mettent en évidence une augmentation des décès par des causes non cardiovasculaires (notamment les cancers ORL chez l'homme et les cancers du sein chez la femme). Les mécanismes physiopathologiques du bénéfice de la consommation d'alcool sont discutés (amélioration du profil lipidique, diminution de l'agrégation plaquettaire, amélioration de l'insulino-sensibilité, diminution de l'oxydation des lipoprotéines) mais il est probable qu'en plus de l'alcool lui-même, d'autres composants des boissons alcoolisées et en particulier du vin jouent un rôle bénéfique qui peut expliquer le « paradoxe français ». Le risque essentiel de la consommation de boissons alcoolisées chez le diabétique est constitué par l'hypoglycémie et les acidoses mais les précautions usuelles qui concernent la prise d'alcool s'appliquent également aux diabétiques et à la population générale. Une consommation modérée d'alcool s'intégrant dans un comportement nutritionnel général pourrait donc présenter un intérêt particulier chez le diabétique dont le risque vasculaire est grand.