John Libbey Eurotext

Sciences sociales et santé

MENU

Intervenir sur un autre territoire professionnel Équipes mobiles et services « sédentaires » à l’hôpital Volume 38, numéro 4, Décembre 2020

Auteurs
* Sociologue, Univ. Lille, ULR 3589 - CeRIES - Centre de recherche « Individus Épreuves Sociétés », Lille, France
** Sociologue, Univ. Lille, CNRS, UMR 8019 - CLERSE - Centre Lillois d’Études et de Recherches Sociologiques et Économiques, Lille, France

L’expérience des équipes mobiles intra-hospitalières en gériatrie et soins palliatifs est l’occasion d’interroger les conditions de possibilité d’une organisation prônant la collaboration entre professions, services et disciplines. Les équipes mobiles étudiées ont des atouts dans cette entreprise : issues de pratiques pluridisciplinaires, elles drainent des volontaires armés de fortes convictions éthiques et reposent sur un fonctionnement collectif. Néanmoins, elles se heurtent à une organisation hospitalière aux frontières plus rigides, reposant sur une médecine spécialisée soucieuse de ses prérogatives, notamment dans le cadre du CHU où les équipes mobiles peinent davantage à se faire accepter. Leur mission de confort du patient âgé ou en fin de vie est plus légitime que leur positionnement disciplinaire dans le champ médical. Elles sont ainsi conduites à user de diverses tactiques pour se faire accepter, au prix d’une insatisfaction professionnelle, voire d’une usure morale, notamment pour les médecins mobiles qui vivent mal leur manque de maîtrise de la prise en charge des patients suivis par les collègues des services sédentaires. Elles trouvent des appuis inégaux dans les services et s’en remettent à leurs réseaux informels. Elles comptent un allié potentiel parmi les infirmières des services, sensibilisées à la question du confort du patient âgé ou en phase palliative, mais n’ont pas la possibilité institutionnelle de passer par elles du fait du contrôle médical du patient.