John Libbey Eurotext

Sciences sociales et santé

MENU

Des dispositifs participatifs au service d’une vision extensive de la santé : la division du travail de participation au sein de maisons de santé Volume 40, numéro 1, Mars 2022

Tableaux

Auteur
* Sociologue, Sciences Po Centre de sociologie des organisations CSO (UMR 7116), 1 place Saint-Thomas d’Acquin, 75007 Paris, France

Le secteur français des soins primaires connaît ces dernières décennies un processus de régulation au travers de plusieurs dispositifs. Parmi eux, les maisons de santé visent à réunir des professionnels de santé libéraux afin de prendre en charge les patients de manière collective. Ces professionnels de santé sont incités à développer, via un projet de santé, des démarches de prévention, d’information ou d’éducation du patient. Dans certaines maisons de santé, cette attente se traduit par la mise en place de dispositifs participatifs associant des travailleurs bénévoles. Au sein de ces regroupements de professionnels libéraux valorisant fortement leur autonomie, l’association de travailleurs bénévoles peut sembler paradoxale. Comment ces dispositifs se développent-ils au sein de MSP libérales ? Quel travail découle de leur mise en place et comment est-il divisé au sein des MSP ? Cet article s’appuie sur une trentaine d’entretiens et sept journées d’observation, menés au sein de douze maisons de santé en 2019. Il montre que ces dispositifs participatifs sont hétérogènes et occupent une place marginale dans les organisations enquêtées. Ils consistent en un pas de côté par rapport à la dimension curative de la santé, et répondent à des objectifs de santé publique. La division du travail lié à ces dispositifs se recompose, selon les configurations d’acteurs, entre libéraux, salariés, et travailleurs bénévoles. Si ces dispositifs ne modifient pas les hiérarchies professionnelles existantes, ils contribuent à étendre le domaine d’intervention de la santé au travers d’une séparation marquée entre sa dimension curative et sa dimension sociale.