JLE

Sciences sociales et santé

MENU

Accoucher pendant la pandémie du Covid-19 en France : d’un « tout s’est bien passé » au sentiment d’une maternité volée Volume 41, numéro 4, Décembre 2023

Auteurs
* Sociologue, Institut d’études démographiques (Ined), Unité « Santé et droits sexuels et reproductifs » (UR14), 9 cours des Humanités, 93300 Aubervilliers, France ;
** Sociologue et sage-femme, Université Paris Cité, IRD, Inserm, Ceped, 75006 Paris, France ;

À partir de 2020, la pandémie de Covid-19 a entraîné une réorganisation des soins y compris dans les maternités, accentuant ainsi les injonctions biomédicales pendant la grossesse et l’accouchement. En France, les nouvelles restrictions et contraintes observées dans certains hôpitaux ont été fortement médiatisées et relayées sur les réseaux sociaux, avec en particulier la dénonciation de deux pratiques : l’imposition du port du masque et le refus de permettre aux patientes d’être accompagnées pendant l’accouchement. C’est dans ce contexte que nous avons mené la recherche MaterCovid19 sur les vécus de l’accouchement en Île-de-France et à La Réunion pendant la crise sanitaire. La focale est ici mise sur les expériences corporelles des femmes dans les trois maternités hospitalières publiques de l’étude. De leur récit, ressort essentiellement l’appréhension en fin de grossesse de devoir accoucher « seules ». Au final, l’important décalage entre ce que les femmes craignaient et les conditions réelles de leur accouchement fait qu’elles déclarent que « tout s’est bien passé ». Néanmoins, peu d’entre elles avaient anticipé les difficultés d’être seules avec le nouveau-né en suites de couches. La pandémie a ainsi créé un important sentiment de solitude chez les femmes, et notamment un sentiment de maternité volée. La majorité d’entre elles n’ont donc pas décrit une expérience positive de leur accouchement. Ces vécus sont néanmoins liés aux perceptions qu’ont les femmes de la maternité et de la médecine, et à leur histoire personnelle et familiale.