John Libbey Eurotext

Cahiers Santé Médecine Thérapeutique

MENU

Méningite aseptique : ne pas omettre une apoplexie hypophysaire ! Volume 30, numéro 4, Juillet-Août 2021

Illustrations


  • Figure 1
Auteurs
1 Service de médecine interne, Hôpital militaire d’instruction Mohammed V, Université Mohammed V, Rabat, Maroc
2 Service de radiologie, Hôpital militaire d’instruction Mohammed V, Université Mohammed V, Rabat, Maroc
* Tirés à part

L’apoplexie hypophysaire (AH) est un syndrome clinique rare mais potentiellement mortel. Classiquement, elle associe des céphalées aiguës, des troubles visuels et une insuffisance hypophysaire. Cependant, la présentation clinique peut être trompeuse, simulant une méningite, surtout en présence de fièvre. Une patiente âgée de 44 ans, a été admise à l’hôpital suite à des céphalées frontales associées à des nausées, à des vomissements en jet et à une photophobie évoluant dans un contexte de fièvre. Son examen clinique trouvait un méningisme associé à une paralysie du nerf oculomoteur externe droit. Une ponction lombaire avec analyse du liquide céphalo-rachidien était en faveur d’une méningite stérile. L’IRM cérébrale a montré une glande hypophysaire d’aspect tuméfié, compatible avec une AH. Le bilan hormonal a démontré une insuffisance hypophysaire. La patiente a bien évolué sous corticothérapie initiale et traitement hormonal substitutif approprié. À la lumière de ce cas, nous soulignons l’intérêt de penser à une AH devant toute suspicion de méningite aseptique.