John Libbey Eurotext

Cahiers Santé Médecine Thérapeutique

MENU

L’après-Covid : quelle place la téléconsultation pourra-t-elle occuper en médecine générale ? Volume 30, numéro 5, Septembre-Octobre 2021

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 Médecin généraliste, Strasbourg, France
2 Chef de clinique universitaire de médecine générale, faculté de médecine de Strasbourg
3 Médecin généraliste, Dingsheim, France
4 Département de médecine interne, clinique médicale B, hôpitaux universitaires de Strasbourg, CHRU Strasbourg, Strasbourg, France
* Tirés à part

Avant la pandémie de Covid-19, la téléconsultation était une pratique hétérodoxe, méconnue et inusitée. Or, elle s’est désormais imposée, bon gré mal gré, auprès d’un grand nombre de praticiens et de patients. D’après différentes projections, elle devrait faire partie durablement de l’offre de soins, dans des proportions encore imprécises, mais dont il est permis de penser qu’elles seront considérables. Dans ces conditions, quelle place la téléconsultation pourrait-elle occuper en médecine générale ? Quelles orientations devrait-on lui donner pour qu’elle devienne, effectivement, une réponse pertinente aux répercussions du vieillissement de la population, de l’augmentation de la prévalence des pathologies chroniques et de l’amplification de l’exode rural ? Le présent travail tente d’éclairer ces questions éminemment actuelles et de proposer une ligne directrice pondérée. Celle-ci, tout en s’efforçant de rester en adéquation non seulement avec les aspects juridiques qui régulent la profession, mais aussi et surtout avec les principes éthiques et déontologiques qui l’animent, tient compte de la réalité, parfois complexe, toujours imprévisible, de l’exercice médical.