John Libbey Eurotext

Cahiers Santé Médecine Thérapeutique

MENU

Kyste hydatique cardiaque : de la suspicion diagnostique à la conduite thérapeutique Volume 30, numéro 3, Mai-Juin 2021

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
Auteurs
Service de cardiologie de l’hôpital militaire Moulay Ismail. Meknès, Maroc
* Tirés à part

Le kyste hydatique, encore appelé échinococcose, maladie hydatique ou hydatidose, est une affection cosmopolite due à la présence et au développement chez l’homme de la forme larvaire d’un tænia du chien du genre Echinococcus granulosus. La maladie hydatique peut toucher tous les organes, viscères ou tissus ; la localisation hépatique est la plus fréquente, suivie de la localisation pulmonaire. La localisation cardiaque est en revanche exceptionnelle, et constitue 0,5 à 2 % de l’ensemble des localisations viscérales. Le kyste hydatique du cœur est rare mais grave, d’une part en raison de sa localisation dans un organe vital, d’autre part par toutes les complications locales ou générales qui peuvent résulter de l’évolution du kyste. Le diagnostic clinique du kyste hydatique cardiaque est délicat : du fait du polymorphisme clinique de cette pathologie, l’examen clinique reste peu évocateur et très pauvre. Le développement des techniques de l’imagerie médicale a révolutionné la conduite diagnostique et thérapeutique, ainsi que le pronostic de cette affection. La gravité de l’évolution naturelle de l’hydatidose cardiaque impose une cure chirurgicale dans les plus bref délai, la chirurgie par circulation extracorporelle reste le geste de choix après avoir établi une cartographie des lésions.