JLE

Sexologies

MENU

Traduction et étude exploratoire de la version française de l’échelle problematic pornography consumption scale-18 Volume 32, numéro 2, Juin 2023

Illustrations


  • Figure 1.

Tableaux

Auteurs
Université Paris Cité, laboratoire de psychopathologie et processus de santé, Boulogne Billancourt, France
* Correspondance : MarÍa Hernandez-Mora <mariahm_rc@hotmail.com>

Introduction et objectifs.

Alors que la majorité des personnes consommatrices de pornographie en ont un usage récréatif et plaisant, sans conséquences psychosexologiques associées, entre 3 et 15 % d’entre elles peuvent développer ce que la littérature nomme un « usage problématique de pornographie » (UPP). La détection de cet UPP est complexe, et sollicite la capacité du clinicien à discriminer convenablement un usage récréatif d’un usage problématique. Les outils d’évaluation standardisés permettent une détection ciblée et objective de l’UPP, en évitant l’interférence de biais idéologiques ou culturels. Cependant, aucune échelle francophone d’évaluation de l’UPP n’existe à ce jour. Ainsi, l’objectif de cette étude est, d’une part, d’explorer les propriétés psychométriques de la version française de la problematic pornography consumption scale-18 (Fr-PPCS-18) et, d’autre part, de vérifier sa validité convergente avec la short internet addiction test for sex (s-IAT-sexe), échelle française d’évaluation de l’addiction cybersexuelle, permettant ainsi une exploration de la conceptualisation addictive de l’UPP.

Méthode.

La PPCS-18 a été soumise à une procédure rigoureuse de translation-back-translation en quatre étapes. Ensuite, 1 001 personnes âgées de 18 à 35 ans issues de la population générale française ont complété un protocole en ligne contenant la Fr-PPCS-18, l’échelle s-IAT-sexe d’évaluation de l’addiction cybersexuelle ainsi qu’un questionnaire sociodémographique. L’étude a reçu l’accord du comité d’éthique de l’université de Paris Cité.

Résultats.

La fiabilité globale de la Fr-PPCS-18 est excellente (α = 0,93 ; ω = 0,96 ). La corrélation entre les échelles Fr-PPCS-18 et s-IAT-sexe est positive, élevée et significative (r = 0,79 ; p < 0,001). La structure factorielle obtenue est de cinq composantes (« Modification de l’humeur », « Tolérance », « Rechute », « Conflit » et « Manque ») et explique 72,9 % de la variance totale.

Conclusion.

Cette étude est la première étape d’un processus de validation psychométrique de la Fr-PPCS-18, qui s’avère robuste et fiable pour discriminer les usagers récréatifs des pathologiques ainsi que pour explorer les mécanismes étiologiques à l’origine des manifestations psychosexologiques de l’UPP. Par ailleurs, le lien fort entre les dimensions addictives explorées par les échelles Fr-PPCS-18 et s-IAT-sexe irait dans le sens d’une conceptualisation addictive de l’UPP.