John Libbey Eurotext

Science et changements planétaires / Sécheresse

MENU

Les changements d’usage des sols et leurs conséquences hydrogéomorphologiques sur un bassin-versant endoréique sahélien Volume 22, numéro 1, Janvier-Mars 2011

Auteurs
Université Abdou Moumouni de Niamey Faculté des lettres et sciences humaines Département de géographie BP 418 Niamey Niger, LTHE /IRD Laboratoire d’étude des transferts en hydrologie et environnement BP 53 38041 Grenoble France, Université Paris 8 Département de géographie CNRS UMR 8591 Laboratoire de géographie physisque 1, place Aristide Briand 92195 Meudon cedex France, Université Abdou Moumouni de Niamey Faculté d’Agronomie Département de génie rural, eaux et forêts BP 11011 Niamey Niger

Les ressources naturelles des bassins-versants ruraux sahéliens subissent depuis plusieurs décennies une forte pression qui conduit à un changement radical de leur comportement hydro-géomorphologique. L’exemple est pris sur le bassin-versant du kori Dantiandou, bassin-versant endoréique de l’Ouest nigérien situé à environ 70 kilomètres à l’est de Niamey (Niger). Il s’agit plus particulièrement d’un de ses sous-bassins–versants, celui de Sama Dey (28,2 km 2 de superficie). Ce bassin-versant a connu de profondes mutations, avec entre autres, entre 1990 et 1999, une dégradation de la brousse tigrée sur les plateaux (- 4 %) et une diminution des jachères (- 3 %) sur les terres de culture des glacis. La diminution du couvert végétal entraîne la formation de surfaces encroÛtées (+ 12 %) génératrices de ruissellement et d’érosion sur des sols sableux éoliens très fragiles. Sur les parcelles, le coefficient de ruissellement annuel moyen par rapport aux pluies totales est de 50,4 % sur croÛte d’érosion, contre 2,8 % sur champ de mil avec des pertes en terres moyennes annuelles respectivement de 56,6 t/ha et 2 t/ha. Le coefficient d’écoulement annuel moyen est de 46 % à la station amont contre 26 % à la station aval. L’objectif de l’étude est de mettre en évidence le fonctionnement hydro-géomorphologique actuel avec comme facteur déterminant l’encroÛtement dÛ à la sensibilité des sols à la battance, phénomène lié aux changements d’usage des sols. L’approche méthodologique suivie a consisté à effectuer des observations et un suivi du ruissellement et de l’érosion sur de petites parcelles (2006-2008), à mesurer les débits liquides à deux stations de jaugeage à l’aide d’un moulinet (2004-2008) et à cartographier l’évolution de l’occupation des sols et des unités morphopédologiques. Comme résultats significatifs on peut retenir que les facteurs déclenchants du ruissellement et de l’érosion sur la période choisie sont, par ordre d’importance, les propriétés des sols, notamment leur sensibilité à la battance, l’occupation des sols, et la pente.