John Libbey Eurotext

Science et changements planétaires / Sécheresse

MENU

Le rôle des espèces ligneuses dans la gestion de la soudure alimentaire au Burkina Faso Volume 23, numéro 2, Avril-Mai-Juin 2012

Auteurs
Université de Ouagadougou Institut de l’environnement et de recherches agricoles (Inera) Unité de formation et de recherche en science de la vie et de la terre Laboratoire de biologie et écologie végétales 09 BP 848 Ouagadougou 09 Burkina Faso, Centre national de recherches scientifiques (CNRST) Institut de l’environnement et de recherches agricoles (Inera) Département de production forestière (DPF) BP 10 Koudougou Burkina Faso, Université de Douala Faculté de médecine et des sciences pharmaceutiques Département de biologie des organismes végétaux Institut des sciences halieutiques BP 24157 Douala Cameroun, Centre national de semences forestières (CNSF) O1 BP 2682 Ouagadougou 01 Burkina Faso

Au Burkina Faso, les ménages ruraux connaissent une période de soudure alimentaire qui survient en début de saison des pluies et s’étend jusqu’aux nouvelles récoltes. Durant cette période, les populations ont recours aux plantes à feuilles, fruits, fleurs ou tubercules comestibles. En vue de contribuer à la satisfaction des besoins alimentaires de ces populations, la culture de ces plantes est nécessaire ; ce qui suppose leur identification. La présente étude qui s’est déroulée dans la zone sahélo-soudanienne a pour objectif global de contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire des populations. Elle a pour objectifs spécifiques : i) d’identifier les espèces ligneuses qui interviennent dans l’alimentation des populations de deux localités en période de soudure ; ii) d’identifier les espèces prioritaires entrant dans la gestion de cette soudure ; et iii) de déterminer leurs formes de valorisation. La collecte des informations a été effectuée à l’aide d’un questionnaire semi-structuré complété par des entretiens avec des informateurs clés et des exercices de classification préférentielle des espèces utilisées. Les résultats montrent que la stratégie la plus utilisée pour affronter la période de soudure est la consommation des fruits, feuilles et fleurs d’espèces ligneuses locales. Au total, 9 espèces à Pobé-Mengao et 13 espèces à Nobéré ont été citées. Boscia senegalensis, Balanites aegyptiaca et Leptadenia hastata à Pobé-Mengao et Vitellaria paradoxa, Parkia biglobosa et Lannea microcarpa à Nobéré sont mentionnées comme espèces de soudure prioritaires. Dans le contexte d’incertitude climatique, il paraît urgent de conserver les plantes utilisées par des actions de protection et de domestication.