John Libbey Eurotext

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

MENU

Fréquence et causes de cécité et de déficiences visuelles dans des écoles de malvoyants à Yaoundé (Cameroun) Volume 20, numéro 3, juillet-août-septembre 2010

Auteurs
Centre médical INNEL BP 12715 Yaoundé Cameroun, Faculté de médecine et des sciences biomédicales, Université de Yaoundé I Cameroun

But de l'étudeévaluer la fréquence et déterminer les causes de la cécité et de la malvoyance dans des centres et écoles pour aveugles de la ville de Yaoundé au Cameroun.Matériel et méthodeil s'agit d'une étude prospective qui a consisté à examiner toutes les personnes dans trois centres pour aveugles de la ville de Yaoundé du 15 septembre au 15 octobre 2006. Le recueil des données comprenait l'âge, le sexe, les antécédents ophtalmologiques et médicochirurgicaux. L'examen ophtalmologique a consisté en une mesure de l'acuité visuelle en monoculaire et en binoculaire avec la meilleure correction optique. La suite de l'examen a consisté en un examen du globe oculaire à la loupe, un examen du fond d'œil après dilatation pupillaire à l'ophtalmoscope direct et/ou indirect. La classification de l'OMS de la cécité et de la malvoyance a servi de critère d'évaluation de la vision (définition de la 11 e révision de la classification internationale des maladies). L'analyse statistique a été faite grâce au logiciel ÉpiInfo™ 3.5.1.Résultatscinquante-six sujets ont été examinés. La répartition selon le sexe était de 37 hommes soit 66 % et de 19 femmes soit 34 %. L'âge moyen était de 21,6 ± 10,5 ans (extrêmes : 5-49). Un total de 87,5 % des sujets étaient atteints de cécité, 7,2 % de déficience visuelle sévère, et 1,8 % de déficience visuelle modérée. Les atteintes cornéennes ont constitué la première cause de perte visuelle dans l'ensemble de la population examinée, soit 32,2 %, les atteintes du nerf optique, 26,8 %, les atteintes du cristallin, 19,6 %, les atteintes rétiniennes, 10,7 %, le glaucome, 8,9 %, l'atteinte du globe de type malformatif, 1,8 %. Les étiologies étaient : la cataracte congénitale (19,6 %), la méningite/fièvre (8,9 %), le glaucome (7,2 %), la rougeole (5,3 %), le traumatisme oculaire (5,3 %), l'albinisme 2/56 (3,6 %), le syndrome de Lyell (1,8 %) et l'ingestion d'alcool frelaté (1,8 %). Les cécités traitables et évitables constituaient 50 % des cas de cécité et de malvoyance.Conclusionles atteintes cornéennes constituaient la première cause de cécité dans la population étudiée. La fréquence des causes de cécité traitables et évitables était de 50 % dans la population étudiée ; malgré les avancées réalisées par le Plan national de lutte contre la cécité, des efforts restent à faire concernant l'accès et la qualité des soins oculaires pour le dépistage précoce des pathologies ophtalmologiques. Par ailleurs, un effort devrait être fait par les autorités locales dans la création de centres de réhabilitation pour une meilleure réinsertion sociale des handicapés visuels.