John Libbey Eurotext

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

MENU

Déterminants de la carie dentaire parmi les écoliers haïtiens et implications pour la santé publique Volume 10, numéro 3, Mai - Juin 2000

Auteurs
Département de médecine sociale et préventive, GRIS, Université de Montréal, CP 6128, Succ. Centre-ville, Montréal, Québec, Canada, H3C 3J7.
  • Page(s) : 161-8
  • Année de parution : 2000

Cette recherche s’insère dans un projet de développement communautaire entrepris dans le nord-ouest d’Haïti. Son objectif consistait à mesurer la prévalence de la carie dentaire parmi les jeunes Haïtiens et à identifier les principaux déterminants et facteurs de risque de cette affection. Trois cent vingt-deux écoliers âgés de douze ans y ont donc participé en mars et avril 1996. Un questionnaire mesurait leurs caractéristiques démographiques et leurs comportements relatifs à l’hygiène et à l’alimentation. Parallèlement, un dentiste examinateur évaluait leur expérience de la carie et la présence de débris sur les dents. Avec un nombre moyen de dents cariées, absentes ou obturées (indice CAOD) de 0,93 et presque les deux tiers des enfants indemnes de carie, la situation sanitaire des écoliers apparaît satisfaisante au premier abord. Toutefois, un groupe d’enfants vulnérables suscite des inquiétudes avec un indice CAOD moyen qui atteint 3,8. En outre, en raison d’un très faible accès aux soins, ces jeunes ne font pas soigner leurs dents cariées jusqu’à ce que des extractions s’imposent. Un modèle de régression logistique montre la prépondérance de l’hygiène dentaire et, dans une moindre mesure, de l’alimentation sucrée comme facteurs de risque de la carie. Les jeunes qui prennent trois ou quatre repas quotidiens, et dont on suppose une consommation d’aliments cariogènes plus élevée, présentent aussi plus de caries que les autres. En conclusion, bien que les écoliers du nord-ouest d’Haïti répondent à l’objectif de l’OMS pour l’an 2000 relativement à la prévalence de la carie, des actions s’avèrent nécessaires suivant deux axes : la prévention et l’amélioration de l’accessibilité aux soins.