John Libbey Eurotext

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

MENU

Anopheles funestus et la riziculture sur les plateaux de Madagascar Volume 5, numéro 6, Novembre-Décembre 1995

Auteurs
Institut Pasteur de Madagascar, unité d’entomologie médicale.
  • Page(s) : 415-9
  • Année de parution : 1995

Une étude exhaustive des gîtes potentiels d’Anopheles funestus a été menée, en 1992, à Ankazobe, sur les plateaux de Madagascar à 95 kilomètres au nord-ouest de la capitale, Antananarivo. Les rizières fournissent plus de 90% des gîtes positifs contre moins de 10% aux biotopes non anthropiques. C’est surtout dans les surfaces en épiaison et en maturation que les larves sont abondantes. Le couvert végétal dense leur fournit ombre et protection contre les prédateurs. Les jachères d’après récolte, encore en eau et envahies par la végétation sauvage, fournissent également un contingent important de gîtes. Les rizières sont omniprésentes sur les plateaux où elles fournissent la base de l’alimentation locale. An. funestus constitue donc un risque sérieux pour tous les villages. Le rôle des rizières comme gîtes à An. funestus avait déjà été noté au Kenya mais, en Afrique de l’Ouest, elles n’hébergent pas cette espèce, même là où elle est très abondante dans d’autres types de gîtes.