JLE

Phytothérapie

MENU

Pouvoir antimicrobien des extraits de l’Atriplex halimus contre l’agent pathogène Vibrio cholerae Volume 22, numéro 1, Janvier-Février 2024

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

  • Figure 3

  • Figure 4

  • Figure 5

Tableaux

Auteurs
Laboratoire de bioconversion, génie microbiologique et sécurité sanitaire (LBGMSS), faculté de sciences de la nature et de la vie, université Mustapha-Stambouli de Mascara, 29000 Mascara, Algérie
* Correspondance : A. Hamdi

Le genre bactérien Vibrio fait partie des bactéries ubiquistes des eaux et des zones côtières, certaines espèces sont pathogènes pour l’homme et les animaux aquatiques. Parmi elles, Vibrio cholerae est reconnue pour son impact clinique, sanitaire et économique. La propagation de clones multirésistants aux antibiotiques est une menace pour la santé publique. Dans ce travail, notre objectif est d’évaluer le risque de contamination des eaux de différents sites de la ville de Mascara (Algérie) par vibrion cholérique, de déterminer sa résistance aux antibiotiques et de rechercher de nouveaux composés alternatifs naturels actifs issus de la plante médicinale Atriplex halimus, sur cet agent pathogène. Les premiers résultats révèlent la présence de Vibrio cholerae dans les eaux prélevées. Ces souches étaient multirésistantes à la plupart des antibiotiques surtout à l’ampicilline, à la tétracycline, à l’amoxicilline, à l’érythromycine et à la doxycycline. Les extraits aqueux et méthanolique de la plante possèdent une activité antibactérienne contre Vibrio cholerae. L’extrait aqueux exerce un effet inhibiteur avec une teneur de 100 à 200 μl/ml, alors que l’extrait méthanolique est actif avec des concentrations plus faibles de l’ordre de 25 à 100 μl/ml. Ces résultats encouragent la conduite à l’identification de substances bioactives, capables de restaurer l’activité de plusieurs classes d’antibiotiques synthétiques sur ces souches multirésistantes.