John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Traitement orthodontique de la supraclusion, par la technique Tip-Edge® complétée par une plaque de surélévation antérieure (1re partie) Volume 72, numéro 4, Décembre 2001

Auteur

La supraclusion incisive a toujours été considérée en orthodontie comme une anomalie difficile à corriger, mais aussi comme celle qui entrave le plus la résolution des problèmes résultant des autres malpositions associées. La notion récente de déverrouillage, introduite par l'École bio-progressive, prouve que la profession a pris conscience de son importance dans tout plan de traitement orthodontique. Le fait que la supraclusion entrave également la mise en place des attaches de la mandibule, ou force le praticien à les coller dans une position pouvant obérer la santé parodontale des incisives inférieures, a incité l'auteur à mettre en place une plaque de surélévation antérieure, en début de traitement en technique Tip-Edge®, créant ainsi un espace dans les secteurs latéraux. La rapidité avec laquelle se résout le problème vertical antérieur, par une levée de l'occlusion, permet la suppression de la plaque dans un délai inférieur à trois mois.

Un avantage complémentaire réside dans la possibilité d'y adjoindre un vérin destiné à déverrouiller également l'occlusion dans la dimension transversale.

Elle permet, dès lors, de se poser la question de savoir si cette approche, qu'il convient de comparer avec celle des appareils fonctionnels, n'est pas la solution idéale pour déverrouiller l'occlusion dans les trois sens de l'espace dans les cas où l'utilisation des appareils fixes seuls risquait d'être inadaptée ou trop lente par rapport aux objectifs thérapeutiques contemporains.

Que ce résultat thérapeutique spectaculaire soit à mettre sur le compte d'une ingression incisive ou sur celle d'une égression molaire, n'a qu'un intérêt secondaire dans la mesure où ces modifications n'entraînent pas une augmentation de la dimension verticale de l'étage inférieur de la face. Or, une étude céphalométrique, qui sera publiée par ailleurs, révèle que l'utilisation d'une plaque de surélévation antérieure en complément de la technique Tip-Edge® n'entraîne que des modifications parfaitement similaires à celles observées en technique bio-progressive de Ricketts ou en technique Edgewise selon Schudy, sans le secours d'une plaque.

On ne peut donc que recommander d'intégrer dorénavant la plaque de surélévation antérieure dans l'arsenal thérapeutique accompagnant les techniques fixes.