John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Traitement médical des troubles respiratoires obstructifs du sommeil de l’enfant et de l’adolescent Volume 90, numéro 4, Septembre-Décembre 2019 - Numéro spécial international : Troubles Respiratoires Obstructifs du Sommeil et Orthodontie

Auteur

Introduction : Chez l’enfant et l’adolescent, les troubles respiratoires obstructifs du sommeil (TROS) nécessitent un traitement précoce pour éviter
leurs complications. Matériel et méthodes : Un bilan pluridisciplinaire réalisé par un pneumo-pédiatre, un médecin du sommeil, un orthodontiste, un ORL, un rééducateur myofacial permet de déterminer les prises en charge thérapeutiques, chirurgicales et médicales, adaptées à chaque enfant. Seuls les traitements médicaux font l’objet de cet article. Résultats : La revue de la littérature montre que le traitement de première intention est l’adéno-amygdalectomie. Toutefois, des thérapeutiques médicales peuvent jouer un rôle fondamental, en première ligne ou en complément de la chirurgie. Le surpoids et l’obésité, fréquents à l’adolescence, aggravent les TROS et favorisent leur persistance après adéno-amygdalectomie ; ils nécessitent une prise en charge par un régime alimentaire adapté, un renforcement de l’activité physique, un soutien psychologique et une bonne hygiène du rythme
veille-sommeil. L’inflammation pourra être traitée, dans les formes modérées de TROS, par des anti-inflammatoires (corticoïdes ou antagonistes des récepteurs aux leucotriènes). De nombreux enfants atteints de TROS ont des anomalies maxillo-faciales qui, selon leur type, bénéficieront d’une disjonction maxillaire rapide ou d’un dispositif de type activateur en complément de l’adéno-amygdalectomie. L’utilisation d’un appareil de ventilation par pression positive continue (PPC) est rarement nécessaire chez l’enfant et est réservée aux TROS graves persistant après chirurgie. Enfin, la thérapie myofonctionnelle, active ou passive, est pour certains auteurs indispensable pour éviter les récidives du syndrome d’apnées obstructives
du sommeil (SAOS) après chirurgie. Conclusion : Ces traitements médicaux personnalisés sont mis en place soit parallèlement à l’adéno-amygdalectomie, soit dans un ordre hiérarchique.