John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Traitement chirurgical des troubles respiratoires obstructifs du sommeil de l’enfant et de l’adolescent Volume 90, numéro 4, Septembre-Décembre 2019 - Numéro spécial international : Troubles Respiratoires Obstructifs du Sommeil et Orthodontie

Auteur

Introduction : L’adénoïdo-amygdalectomie est le traitement chirurgical de référence des troubles respiratoires obstructifs du sommeil (TROS) modérés et sévères de l’enfant, liés le plus souvent à une hypertrophie des amygdales et des végétations entre deux et six ans. Récemment s’est développée la chirurgie partielle subotale intracapsulaire afin de diminuer les risques liés à l’intervention, notamment hémorragique, qui peut être exceptionnellement létale. Matériels et méthodes : En cas d’apnées, de faible qualité de vie (troubles du sommeil, fatigue diurne), de troubles de l’apprentissage ou d’un retentissement sur la croissance, l’adénoïdo-amygdalectomie est recommandée. La prise en charge des TROS légers continue d’être discutée. Le ronflement isolé n’est pas une indication de l’amygdalectomie. Les options thérapeutiques des TROS légers incluent une surveillance, des anti-inflammatoires locaux et parfois l’adénoïdo-amygdalectomie. La décision opératoire doit être discutée entre le patient, le pédiatre et le chirurgien, en fonction des risques et bénéfices des différents traitements. Résultats : L’efficacité de cette chirurgie est de plus de 75 %. Surtout
en cas d’obésité, une surveillance rapprochée post-chirurgicale est nécessaire. L’hémorragie primaire et secondaire, ainsi que la douleur postopératoire sont nettement diminuées en cas de chirurgie partielle des amygdales. Discussion : La chirurgie partielle, subtotale permet de diminuer la fréquence de l’hémorragie et d’éviter le risque de décès lié à un saignement. L’efficacité de la chirurgie subtotale semble identique à celle de la chirurgie totale et suggère d’étendre son indication dans les troubles respiratoires obstructifs du sommeil de l’enfant. Dans les cas d’échecs, une chirurgie nasale, vélaire, linguale ou maxillo-mandibulaire peut-être proposée.