John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Supraclusion, traitement orthodontique par plaque de surélévation antérieure et dimension verticale (2ème partie) Volume 72, numéro 4, Décembre 2001

Auteurs

Si la supraclusion incisive comporte en matière de traitement orthodontique des difficultés d'appareillage du fait du recouvrement excessif des incisives mandibulaires par les incisives maxillaires, le fait de faire appel à une plaque de surélévation antérieure pour permettre le déverrouillage et le collage des brackets sur les dents mandibulaires antérieures pose le problème du comportement vertical de l'appareil masticateur au cours du traitement.

Les auteurs ont procédé à la prise d'une téléradiographie de profil lors du début de traitement, puis à nouveau lors de la levée de l'occlusion qui se produisait du fait de ladite plaque dans un délai qui ne dépassait pas trois mois. L'échantillon a été séparé en deux groupes en fonction de la valeur de FMA : un premier groupe constitué de 44 cas présentant une angle FMA inférieur à 25° similaire de ce fait aux cas analysés par Dake et Sinclair en 1989, dénommé «groupe témoin», et un groupe de cas présentant un angle FMA supérieur à 25°. En effet, le but de cette étude est de confronter, du point de vue du comportement vertical, l'approche thérapeutique des auteurs avec celle étudiée par Dake et Sinclair qui concernait des cas traités en technique de Ricketts et en technique de Tweed (modifiée Schudy). En suivant l'approche de Dake et Sinclair, les auteurs ont pu constater pour les cas dont le FMA était inférieur à 25° que les modifications verticales observées dans le groupe étudié ne différaient pas de celles constatées dans le groupe témoin malgré la présence d'une plaque de surélévation antérieure, l'angle du plan mandibulaire n'avait augmenté que de 1°8, contre 1°8 pour le groupe Ricketts et 1°1 pour le groupe Tweed/Schudy. Dans le même temps, l'angle Y n'avait augmenté dans le groupe étudié que de 0°6 contre 1°4 dans le groupe Ricketts et 1°2 dans le groupe Tweed/Schudy.

Quant à l'échantillon étudié ayant un FMA supérieur à 25°, les modifications verticales observées dans le groupe étudié présentent une augmentation de l'angle du plan mandibulaire égale à 1°2, soit là encore une augmentation semblable à celle observée dans le groupe témoin.

Il ressort que l'utilisation d'une plaque de surélévation antérieure comme complément de la technique du Tip-Edge® est non seulement souhaitable, mais même fermement recommandée à la fois pour déverrouiller l'occlusion que pour permettre de coller les brackets sur des dents mandibulaires antérieures, dès le début du traitement.