John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Réduction amélaire proximale : apport au contrôle des effets iatrogènes parodontaux Volume 92, numéro 1, Mars 2021

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7
  • Figure 8
  • Figure 9
  • Figure 10
  • Figure 11
  • Figure 12
  • Figure 13
  • Figure 14
  • Figure 15
  • Figure 16
  • Figure 17
  • Figure 18
  • Figure 19
  • Figure 20
Auteurs
1 UFR d’Odontologie, Université de Rennes 1, 2 avenue du Pr Léon Bernard, 35043 Rennes cedex, France
2 CHU de Rennes, Pôle d’Odontologie et de Chirurgie Buccale, 2 place Pasteur, 35000 Rennes, France
* Correspondance

Introduction

La gencive et le feston gingival en particulier sont des éléments incontournables de la bonne santé parodontale et de l’harmonie du sourire. En quoi cela engage-t-il l’orthodontie ?Les orthodontistes sont directement concernés par la position verticale des collets qu’ils doivent prendre en compte. Plus indirectement, ils peuvent avoir une influence sur le feston gingival et notamment sur les papilles.

Matériels et méthodes

L’analyse de la littérature des effets indésirables de l’orthodontie sur le parodonte est fournie mais avec des conclusions limitées qui ne constituent pas des évidences scientifiques. Il reste très important de les analyser afin d’en tirer un guide de conduite clinique. La version vestibulaire et l’expansion alvéolaire présentent des risques de récession gingivale qu’il faut prendre en compte. La présence des papilles répond à des conditions anatomiques précises qu’il faut maîtriser sous peine de créer de désastreux triangles noirs lors de l’alignement dentaire. La forme des dents est directement impliquée dans ces phénomènes.

Discussion

La réduction amélaire proximale (RAP) peut être une réponse thérapeutique adaptée pour prévenir ou limiter ces effets iatrogènes. La démarche est tout d’abord diagnostique (identification de la forme des dents, analyse de la dysharmonie dento-dentaire (DDD), évaluation de la RAP et de ses conséquences sur la DDD), puis pronostique afin d’aboutir à l’établissement du plan de traitement… L’auteur illustrera cette démarche par les enseignements de la littérature et par des illustrations cliniques de cas traités.

Conclusion

L’équilibre d’un sourire repose sur le respect des formes, des proportions anatomiques et des conditions nécessaires à la bonne santé des tissus. C’est notre rôle de les respecter dans le projet d’établir l’harmonie. La beauté du sourire reflète la personnalité propre du patient : « Les orthodontistes sont les techniciens du sémaphore de l’âme », Axel Kahn, Journées de l’Orthodontie, 2007.