John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Quelles sont les principales techniques chirurgicales et non chirurgicales de l’accélération du déplacement dentaire orthodontique ? Article à paraître

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 Université Côte d’Azur, Laboratoire Microbiologie orale, Immunité et Santé MICORALIS (UPR 7354), CHU Nice, UFR Odontologie, 5 rue du 22e BCA, 06357 Nice cedex 4, France
2 Unité Fonctionnelle d’ODF, Hôpital de la Timone, 264 rue Saint-Pierre, 13005 Marseille, France
* Correspondance

Introduction

Différentes techniques chirurgicales et non chirurgicales ont été développées afin de diminuer la durée des traitements orthodontiques.

Matériels et méthodes

Concernant les techniques chirurgicales, la technique de corticotomies est très largement répandue. Les techniques de micro-ostéoperforations (MOP) et de piézocision ont été développées afin de proposer une alternative minimalement invasive aux corticotomies classiques, sans élévation d’un lambeau muco-périosté. Concernant les techniques non chirurgicales, l’approche est radicalement différente sous l’abord de stimuli physiques ou sous l’abord de techniques chimiques.

Résultats

La technique de corticotomies et la technique de piézocision se sont avérées être efficaces pour accélérer les déplacements dentaires orthodontiques bien que la technique de corticotomies présente un risque important de suites opératoires. Ces deux techniques offrent également l’avantage de pouvoir adjoindre une greffe osseuse. Concernant les techniques non chirurgicales, les techniques de stimuli physiques comme le laser présentent une facilité de mise en œuvre non-invasive et semblent être prometteuses mais, à ce jour, la démonstration de leur efficacité n’a pas été faite tout comme pour les techniques chimiques. Bien que leur caractère non-invasif soit une caractéristique rassurante au prime abord, ne donnent-elles pas la sensation de jouer à l’apprenti-sorcier ?

Conclusion

Bien que les techniques chirurgicales semblent avoir démontré leur efficacité significative dans l’accélération du déplacement dentaire orthodontique, les techniques non chirurgicales n’apportent pas encore un niveau de preuve et/ou de sécurité suffisant pour les appliquer dans notre pratique clinique routinière d’orthodontistes. La thématique étant innovante, de nouvelles évidences scientifiques dans le futur devraient pouvoir faire évoluer l’ensemble de ces concepts.