John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Que faut-il savoir, à l’heure actuelle, sur les hypominéralisations molaires incisives (MIH) et les hypominéralisations des secondes molaires temporaires (HSPM) ? Volume 94, numéro 3-4, Septembre-Décembre 2023

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

  • Figure 3

  • Figure 4

  • Figure 5

  • Figure 6
Auteurs
1 UFR Sciences odontologiques, 146 rue Léo Saignat, 33000 Bordeaux, France
2 PACEA UMR 5199, B8, allée Geoffroy-Saint-Hilaire, 33600 Pessac, France
Correspondance : julia.estivals@u-bordeaux.fr

Introduction

L’hypominéralisation molaire incisive (MIH) et l’hypominéralisation des secondes molaires temporaires (HSPM) sont des défauts qualitatifs et asymétriques de l’émail. Les MIH affectent au moins une première molaire permanente et peuvent également être associées aux incisives permanentes. Les HSPM affectent au moins une deuxième molaire temporaire et éventuellement les canines temporaires. L’émail hypominéralisé est caractéristique : les prismes d’émail sont désorganisés, moins distincts, l’espace interprismatique est plus marqué, la densité minérale est diminuée et la teneur en protéines augmentée. Actuellement, les étiologies restent méconnues mais les différentes études tendent vers un modèle multifactoriel avec plusieurs facteurs systémiques, génétiques et/ou épigénétiques, agissant de manière synergique ou additive.

Matériel et méthode

Les auteurs mettent en avant les différents éléments permettant le diagnostic des MIH et des HSPM. Un point sur les prévalences (française et mondiale) et sur les étiologies de ces pathologies est également proposé afin de permettre aux praticiens de répondre aux éventuelles interrogations des parents.

Conclusion

La connaissance de ces différents éléments sur le diagnostic, la structure, les prévalences et les étiologies permettra à l’orthodontiste une meilleure collaboration avec le chirurgien-dentiste, mais également avec les parents afin d’assurer une prise en charge dentaire et orthodontique adéquate.