JLE

L'Orthodontie Française

MENU

MIH et premières molaires permanentes compromises. Quand et quelles dents extraire : lignes guides Volume 94, numéro 3-4, Septembre-Décembre 2023

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

  • Figure 3

  • Figure 4

  • Figure 5

  • Figure 6

  • Figure 7

  • Figure 8

  • Figure 9

  • Figure 10

  • Figure 11

  • Figure 12

  • Figure 13

  • Figure 14

  • Figure 15

  • Figure 16
Auteur
47 rue des Jacobins, 60000 Beauvais, France
Correspondance : syl-legris@orange.fr

Introduction

La prévalence de l’hypominéralisation molaire incisive (MIH), le degré de sévérité des atteintes molaires, leur taux de survie à moyen terme sont des facteurs qui ont réintroduit la décision d’extraction de premières molaires permanentes, extractions forcées ou option thérapeutique choisie.

Matériel et méthode

L’auteur fait la synthèse des études cliniques pédodontiques et orthodontiques dans la prise en charge des patients présentant des premières molaires permanentes compromises afin d’analyser les conséquences des extractions unitaires ou multiples de ces dents.

Résultats

Dans un premier temps, les conséquences des extractions des premières molaires permanentes en l’absence de malocclusion sont étudiées. Le but est la mise en place de l’ensemble de la denture sans traitement orthodontique. L’impact de l’âge auquel est pratiquée l’extraction est un facteur clé. Dans un second temps, des extractions de premières molaires permanentes en présence d’anomalies orthodontiques sont analysées permettant de définir les stratégies thérapeutiques optimales, les précautions lors de ces traitements, les contre-indications. La concertation et la bonne coordination entre praticien traitant/pédodontiste et orthodontiste sont les facteurs clés pour des résultats de fin de traitement stables et fonctionnels et une durée de traitement optimisée.

Discussion

L’expérience clinique et les connaissances permettent de bien sélectionner les patients éligibles à ces thérapeutiques qui nécessitent une planification pluridisciplinaire et un bon contrôle biomécanique.

Conclusion

En réunissant des conditions optimales de décision, extraire est une option thérapeutique qui se révélera souvent supérieure à une option restauratrice pour offrir à nos patients le plus grand service à long terme.