John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Le traitement orthodontique peut-il générer des algies et/ou dysfonctionnements articulaires ou musculaires (ADAM) ? Une revue de littérature Volume 81, numéro 1, 82e réunion scientifique de la S.F.O.D.F. – L'orthodontiste, le parodonte et l'A.T.M. : objectif Qualité

Auteurs
1 Département d'Orthopédie Dento-Faciale, Faculté
d'Odontologie, 11 rue Guillaume Paradin, 69372 Lyon Cedex 08, France
2
Consultation ADAM, Service d'Odontologie, CHU de Lyon, 6-8 place
Depéret, 69365 Lyon Cedex 07, France
* schauty@aliceadsl.fr

Longtemps considérée comme fortement responsable des algies et/ou dysfonctionnements articulaires ou musculaires (ADAM), l'occlusion est aujourd'hui considérée comme un des facteurs participant à l'étiologie, parmi d'autres. Les études récentes, revues de littérature ou méta-analyses, études longitudinales avec suivi d'enfants traités sur plusieurs années, concluent à l'absence de risque pour un traitement orthodontique de déclencher des ADAM. L'apparition de signes d'ADAM au cours d'un traitement orthodontique doit être replacée dans le contexte épidémiologique caractérisé par une forte augmentation de leur prévalence au cours de la période de l'adolescence. En conclusion, si les traitements orthodontiques ne peuvent être considérés comme des facteurs étiopathogéniques avérés des ADAM, il n'existe pas, à l'inverse, d'arguments scientifiques permettant de justifier l'indication de traitements orthodontiques dans le seul but de traiter les ADAM.