John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

La chirurgie orthognathique qualifiée de « précoce » Volume 92, numéro 1, Mars 2021

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7
  • Figure 8
  • Figure 9
  • Figure 10
  • Figure 11
  • Figure 12
  • Figure 13
  • Figure 14
  • Figure 15
  • Figure 16
  • Figure 17
  • Figure 18
  • Figure 19
  • Figure 20
  • Figure 21
  • Figure 22
  • Figure 23
  • Figure 24
  • Figure 25
  • Figure 26
  • Figure 27
  • Figure 28
  • Figure 29
  • Figure 30
  • Figure 31
  • Figure 32
  • Figure 33
  • Figure 34
  • Figure 35
  • Figure 36

Tableaux

Auteurs
1 Unité Fonctionnelle d’ODF, Hôpital de la Timone, 264 rue Saint-Pierre, 13005 Marseille, France
2 Hôpitaux Universitaires de Marseille Conception, 147 boulevard Baille, 13005 Marseille, France
* Correspondance

Introduction

Certains jeunes patients présentant un décalage squelettique important avec un fort impact morpho-esthétique et psychologique peuvent avoir besoin d’une correction chirurgicale pendant leur croissance.

Matériels et méthodes

Une bonne compréhension de la croissance faciale, des différentes options de traitement et des effets de la chirurgie sur le schéma de croissance postopératoire permettra au praticien d’utiliser la technique la plus adaptée à chacun de ses patients et d’améliorer les résultats thérapeutiques à long terme.

Résultats

La chirurgie dite « interceptive » pourra donc être envisagée dans les cas de dysmorphies squelettiques sévères d’origine secondaire ou fonctionnelle. Elle aboutira à une normalisation précoce avec pour conséquence immédiate une rupture de la spirale « dysmorpho-dysfonctionnelle ».