John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Distraction symphysaire : une série de cas Article à paraître

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7
  • Figure 8
  • Figure 9
  • Figure 10
  • Figure 11
  • Figure 12
  • Figure 13
  • Figure 14
  • Figure 15
  • Figure 16
  • Figure 17
  • Figure 18
  • Figure 19
  • Figure 20
  • Figure 21
  • Figure 22
  • Figure 23
  • Figure 24
  • Figure 25
  • Figure 26
  • Figure 27
  • Figure 28
  • Figure 29
  • Figure 30
  • Figure 31
  • Figure 32
  • Figure 33
  • Figure 34
  • Figure 35

Tableaux

Auteur
4 Place Burignat, 69330 Meyzieu, France
* Correspondance

Introduction

La discussion « extraire ou ne pas extraire », est encore source de débat. Pourtant, la primauté doit être donnée à un diagnostic basé sur une évaluation dentaire, squelettique, esthétique et fonctionnelle. Les moyens thérapeutiques sont destinés à atteindre les objectifs résultant de ce diagnostic, seul moyen d’individualiser le plan de traitement en fonction du patient. La distraction symphysaire est un acte chirurgical destiné à augmenter la base osseuse mandibulaire au niveau de la symphyse et à permettre ensuite un positionnement idéal de l’incisive mandibulaire.

Matériels et méthodes

Après avoir expliqué la procédure à mettre en place pour intégrer cette intervention dans le plan de traitement, l’auteur a étudié, à partir de 25 cas, le déplacement de l’incisive mandibulaire en fonction de l’encombrement initial et de l’augmentation de la distance intercanine avant et après distraction osseuse.

Discussion

La distraction symphysaire est une alternative efficace au traitement d’un encombrement dentaire à la mandibule en aidant au rétablissement d’une ventilation nasale par son association à une disjonction maxillaire dans le respect de la physiologie et de l’équilibre facial.