John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Des solutions simples et conservatrices pour la compensation des infraclusions postérieures : les restaurations partielles collées Volume 92, numéro 2, Juin 2021

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7
  • Figure 8
  • Figure 9
  • Figure 10
  • Figure 11
  • Figure 12
  • Figure 13
  • Figure 14
  • Figure 15
  • Figure 16
  • Figure 17
  • Figure 18
Auteurs
1 Centre Hospitalier Universitaire de Nice, Pôle Odontologie, 4 avenue Reine Victoria, 06000 Nice, France
2 Université Côte d’Azur, UFR Odontologie, 24 avenue des Diables Bleus, 06357 Nice Cedex 04, France
3 MINES ParisTech, PSL Research University, Centre de mise en forme des matériaux (Cemef), French National Centre for Scientific Research, 1 rue Claude Daunesse, 06904 Sophia Antipolis, France
4 MICORALIS EA 7354, Université Côte d’Azur, 24 avenue des Diables Bleus, 06357 Nice cedex 04, France
* Correspondance

Introduction

L’infraclusion postérieure est une malocclusion caractérisée par l’absence de contacts verticaux entre les faces occlusales des dents postérieures des arcades opposées. Elle peut être uni ou bilatérale et concerner une ou plusieurs dents. Plusieurs étiologies de ces infraclusions sont décrites parmi lesquelles les éruptions pathologiques, les dysmorphoses dento-maxillaires et les dysfonctionnements temporo-mandibulaires. Lorsqu’une correction ou une compensation est envisagée, il existe plusieurs options thérapeutiques (orthodontique et/ou chirurgicale et/ou prothétique). Les évolutions en dentisterie adhésive (biomatériaux d’assemblage, céramiques et composites) ont permis ces dernières années de développer une approche plus conservatrice des traitements restaurateurs et prothétiques.

Matériels et méthodes

Afin d’appréhender l’utilisation possible de ces restaurations et l’aide qu’elles peuvent apporter dans nos plans de traitement, nous avons choisi trois situations cliniques originales. Chacune illustre une étiologie d’infraclusion postérieure et expose les stratégies de réhabilitation choisies (démarche et réalisation).

Résultats

Les restaurations partielles collées (composites directs, overlays, tabletops, veenerlays) peuvent être envisagées en cas d’impossibilité, d’échec ou en complément des traitements orthodontiques, pour permettre de compenser l’infraclusion.

Conclusion

L’équilibration additive n’est pas décrite dans la littérature pour la compensation des infraclusions postérieures alors que les intérêts sur le plan fonctionnel sont nombreux, la méthode simple et conservatrice.