John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Biomécanique des mini-implants : analyse des effets parasites de quatre situations cliniques et propositions de résolutions Volume 92, numéro 2, Juin 2021

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7
  • Figure 8
  • Figure 9
  • Figure 10
  • Figure 11
  • Figure 12
  • Figure 13
  • Figure 14
  • Figure 15
  • Figure 16
  • Figure 17
  • Figure 18
  • Figure 19
  • Figure 20
  • Figure 21
  • Figure 22
  • Figure 23
  • Figure 24
  • Figure 25
  • Figure 26

Tableaux

Auteurs
1 Unité Fonctionnelle d’Orthopédie Dento-Faciale, Centre de Traitements Dentaires, Hospices Civils de Lyon, 6-8 place Depéret, 69365 Lyon cedex 03, France
2 Faculté d’Odontologie, Université Claude Bernard Lyon 1, 11 rue Guillaume Paradin, 69372 Lyon Cedex 08, France
* Correspondance

Introduction

Les effets parasites biomécaniques générés par nos traitements sont à considérer parmi les échecs des mini-implants, certes excellents moyens d’ancrage. L’objectif de cet article était d’illustrer et de commenter les effets parasites mécaniques et de proposer des solutions.

Matériel et méthode

Quatre situations cliniques courantes en technique vestibulaire sont analysées, décomposées tri-dimensionnellement et solutionnées.

Résultats

L’ingression incisive maxillaire en traction directe (mini-implant entre incisives latérales et canines en ancrage direct) peut entraîner une rotation disto-vestibulaire des dents d’appuis et une vestibulo-version incisive. La rétraction incisivo-canine maxillaire (mini-implant entre 5 et 6 en ancrage direct) entraîne une rotation canine voire un décalage des milieux, une rotation horaire du plan d’occlusion et une version des dents adjacentes. La distalisation molaire maxillaire en deux temps (mini-implant entre 5 et 6 avec ligature métal jusqu’à la canine) entraîne une rotation des dents adjacentes au ressort, une vestibulo-version incisive et une disto-version molaire. La protraction d’une molaire mandibulaire (mini-implant entre 3 et 4 en ancrage direct) entraîne une rotation disto-vestibulaire, un torque corono-lingual et une mésio-version de cette molaire ainsi qu’une vestibulo-version incisive et une rotation horaire du plan d’occlusion. Les plis de compensation sur les dents adjacentes, le choix de l’emplacement et du type de mini-implant, l’utilisation de potence pour se rapprocher du centre de résistance font partie des moyens de résolutions.

Conclusion

Si l’ancrage par mini-implant permet un effet important quantitatif, les effets parasites doivent être appréhendés au cas par cas par une analyse biomécanique tri-dimensionnelle.