John Libbey Eurotext

Revue de neuropsychologie

MENU

Vers une neuropsychologie du temps : quid de l’évaluation de la temporalité personnelle dans le cadre du bilan neuropsychologique dans le vieillissement pathologique Volume 14, numéro 4, Volume 14, numéro 4, Octobre-Novembre-Décembre 2022

Auteurs
1 Laboratoire Mémoire, cerveau et cognition (LMC2), UR 7536, Université de Paris-Cité, France
2 Institut Universitaire de France, Paris, France <valentina.la-corte@u-paris.fr>
* Correspondance : V. La Corte

Ces dernières années, l’étude des fonctions mnésiques ne s’est pas limitée à la dimension du passé mais inclut la dimension du futur personnel. Ainsi, le voyage mental dans le temps est défini comme la capacité de récupérer des souvenirs du passé et de projeter/imaginer des événements personnels dans le futur. Grâce aux données issues de la recherche en neuropsychologie, il est bien établi que les patients souffrant de syndrome amnésique ont également des déficits à prévoir/imaginer des événements dans le futur, néanmoins l’évaluation de ces capacités n’a pas encore trouvé sa place dans l’examen neuropsychologique clinique. En effet, l’introduction d’une évaluation concernant la temporalité personnelle du patient pourrait ouvrir le bilan neuropsychologique à une approche intégrative plaçant la subjectivité du patient au centre de cet examen, même quand la dimension du futur se réduit au fur et à mesure dans le vieillissement cognitif ou pathologique. La projection de soi dans le futur a une forte valeur adaptative et son altération peut donc avoir d’importantes répercussions sur les activités de vie quotidienne. Dans ce contexte, l’évaluation de la temporalité personnelle pourrait avoir des retombées importantes sur des nouvelles perspectives de prise en charge, axées sur le voyage mental dans le temps subjectif.