John Libbey Eurotext

Revue de neuropsychologie

MENU

Prises en charge rééducatives de l’atrophie corticale postérieure : un état des lieux Article à paraître

Auteurs
1 Hôpitaux universitaires de la Pitié-Salpêtrière - Charles-Foix,
Service de médecine physique et réadaptation,
47/83, boulevard de l’Hôpital,
75013 Paris, France
2 Sorbonne Université,
AP-HP,
Hôpitaux universitaires de la Pitié-Salpêtrière - Charles-Foix,
GRC no 18,
Handicap cognitif et réadaptation (HanCRe),
75013 Paris, France
* Correspondance
  • Mots-clés : atrophie corticale postérieure, réadaptation cognitive, psychoéducation, objectifs fonctionnels
  • DOI : 10.1684/nrp.2019.0490

L’atrophie corticale postérieure (ACP) est un syndrome neurodégénératif rare qui se caractérise par une apparition progressive de troubles visuels centraux et/ou visuospatiaux progressifs. Bien que le profil cognitif de l’ACP soit relativement bien établi, les prises en charge rééducatives restent peu étudiées. Nous présentons la littérature sur les différentes approches disponibles pour l’ACP telles que les programmes de réadaptation cognitive (PRC), y compris des exercices cognitifs individuels et des techniques compensatoires pour améliorer l’autonomie en vie quotidienne, la psychoéducation visant à informer les sujets ACP et leurs aidants de la nature de leurs problèmes, et d’autres approches. Les résultats suggèrent qu’un PRC serait une approche potentiellement bénéfique pour la compensation partielle des déficits, l’amélioration fonctionnelle et l’amélioration de la qualité de la vie à condition que des objectifs fonctionnels soient initialement choisis et partagés entre les thérapeutes, le patient et la famille.