JLE

Revue de neuropsychologie

MENU

Les interactions entre le sexe, les performances cognitives liées à l’âge et les symptômes neuropsychiatriques Volume 13, numéro 1, Janvier-Février-Mars 2021

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2
Auteurs
1 Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal, CIUSSS du CSMTL, M1861, 4545 Chemin Queen Mary, Montréal, QC H3W 1W6, Québec, Canada
2 Faculté de Médecine, Département de Médecine, Université de Montréal, Québec, Canada
3 Faculté des Arts et des Sciences, Département de Psychologie, Université de Montréal, Québec, Canada
* Correspondance

Objectifs

Cette revue propose d’aborder les relations entre les symptômes neuropsychiatriques et le déclin cognitif, ainsi que les différences entre les femmes et les hommes dans les manifestations neuropsychiatriques et les profils de déclin cognitif.

Contexte théorique

Le déclin cognitif lié à l’âge, au cours du vieillissement normal et pathologique, diffère entre les femmes et les hommes. Notamment, les femmes sont plus à risque de développer une maladie d’Alzheimer. Par conséquent, les symptômes neuropsychiatriques, facteurs de risque de déclin cognitif, se manifestent de façon inégale entre les sexes. Les femmes présentent davantage d’agitation, de délires, d’anxiété et d’irritabilité, alors que les hommes manifestent plus d’impulsivité et de perte de motivation. L’impact sur la cognition est aussi différent. Chez les femmes, pour chaque année depuis le début de la déficience cognitive, la gravité des délires augmente, tandis que chez les hommes, la gravité de l’irritabilité s’élève avec le déclin cognitif.

Conclusion

Actuellement, il y a peu de données sur l’impact cognitif des symptômes neuropsychiatriques en fonction du sexe. Les résultats disponibles démontrent cependant que la durée du déclin cognitif apporte un impact différent chez les femmes en comparaison avec les hommes. Cette piste de recherche nécessite donc davantage d’études pour comprendre ces interactions.