JLE

Revue de neuropsychologie

MENU

Le vieillissement réussi et la conduite automobile : et si la relation était bidirectionnelle ? Volume 2, numéro 2, juin 2010

Auteur
École de psychologie, Université d'Ottawa, Pavillon Montpetit (410A), 125 rue Université, Ottawa, Ontario, Canada, K1N 6N5 ; Membre de l'initiative pancanadienne Candrive

L'évaluation des compétences au volant des conducteurs âgés représente un problème épineux aussi bien pour les professionnels de la santé que pour les différentes autorités chargées de l'octroi des permis de conduire. Il n'y a encore, à ce jour, aucune méthode permettant la discrimination efficace des conducteurs à risque des conducteurs sécuritaires. L'approche évaluative traditionnelle repose sur le principe voulant que les fonctions cognitives et sensorimotrices doivent atteindre un certain niveau fonctionnel pour que les comportements au volant soient sécuritaires et le niveau de risque réduit. Nous questionnons cette relation univoque sur la base de l'apparition de modèles du conducteur âgé multifactoriels, sur le manque de spécificité des instruments d'évaluation hors route couramment utilisés pour l'évaluation du conducteur âgé, et sur les résultats suggérant que la conduite automobile aurait un impact sur la longévité des individus. Nous référons au modèle du vieillissement réussi pour soutenir notre position.