JLE

Revue de neuropsychologie

MENU

Langage, cerveau et vieillissement : une complicité tout au long de la vie Volume 7, numéro 1, Janvier-Février-Mars 2015

Auteurs
1 Centre de recherche, Institut universitaire de gériatrie de Montréal,
4565 chemin Queen-Mary,
Montréal,
Québec, H3W 1W5, Canada
2 Faculté de médecine, Université de Montréal, Pavillon Roger-Gaudry,
2900 boulevard Edouard-Montpetit,
Montréal, QC H3T 1J4,
Québec, Canada
* Correspondance

Les bases neurobiologiques du langage ne sont pas seulement dynamiques durant la période d’apprentissage. De plus en plus de preuves montrent que l’organisation neurofonctionnelle pour le langage évolue tout au long de la vie, contribuant à maintenir les habiletés de communication qui sont si importantes pour un vieillissement actif. Le maintien des habiletés de communication avec l’âge contraste avec les altérations observées sur le plan neurobiologique offrant ainsi une forme de paradoxe du couplage cognition-cerveau. L’imagerie cérébrale permet de mieux comprendre cette réorganisation. Ainsi, une réorganisation neurofonctionnelle permettant au cerveau de compenser le déclin lié au vieillissement, ou exprimant le recours à des stratégies caractérisant l’âge avancé, serait à la base du maintien de nombreuses habiletés cognitives, dont le langage. Plusieurs phénomènes comme la réserve cognitive, HAROLD, PASA, CRUNCH et STAC ont tenté de décrire complètement la réorganisation cérébrale, mais le cerveau reste plastique et utilise plusieurs stratégies pour s’adapter au vieillissement. Cette revue permet d’aborder cette question à partir du traitement sémantique des mots. Ce traitement représente une composante de choix du langage pour comparer un élément fort des habiletés de communication entre personnes jeunes et âgées, ainsi que d’observer les caractéristiques de la réorganisation neurofonctionnelle qui en permet le maintien.