JLE

Revue de neuropsychologie

MENU

Évaluation de la négligence spatiale visuelle et auditive en réalité virtuelle immersive : une étude de cas Volume 15, numéro 4, Octobre-Novembre-Décembre 2023

Illustrations


  • Figure 1.

  • Figure 2.

  • Figure 3.

Tableaux

Auteurs
1 Laboratoire Vision, Action, Cognition (VAC), Institut de Psychologie, Université Paris Cité, 71 avenue Édouard-Vaillant 92774 Boulogne Billancourt, France
2 Hôpitaux de Saint-Maurice, Service de Soins de suite et de Réadaptation neurologique, Saint-Maurice
3 GRC n°24 Handicap moteur et cognitif & Réadaptation (HaMCRe), Sorbonne Université, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, France
4 Centre d’études et de recherche en informatique et communications (Cedric), Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), Paris, France
5 Centre hospitalier universitaire de Poitiers, Service de neurologie, Poitiers, France
6 Labcom I3M, Poitiers, France, Centre hospitalier universitaire de Poitiers, plateforme Ultra-Haut champ 3T-7T, Université de Poitiers, Laboratoire de Mathématiques appliquées LMA, CNRS UMR 7348
7 Laboratoire interdisciplinaire des sciences du numérique (LISN), Université Paris-Saclay, Orsay, France
* Correspondance : Marine Gaffard

L’évaluation de la négligence spatiale unilatérale (NSU) en pratique clinique se focalise quasiment exclusivement sur la modalité visuelle et délaisse la modalité auditive. Or, les symptômes entre les deux modalités peuvent différer et, ainsi, l’évaluation exclusive de la modalité visuelle peut ne pas refléter les difficultés en vie quotidienne. Dans cette étude, un nouvel outil d’évaluation en réalité virtuelle (RV) immersive composé de tâches de localisation de cibles visuelles, auditives et audiovisuelles a été proposé à un patient ayant une NSU gauche chronique. Les omissions de cibles et les erreurs de localisation en azimut ont été comparées entre les deux hémi-espaces pour chacune des tâches. En modalité visuelle, un taux d’omissions important a été retrouvé pour les cibles gauches alors que toutes les cibles droites ont été correctement détectées. À l’inverse, dans les tâches auditive et audiovisuelle, le patient a détecté la quasi-totalité des cibles y compris gauches mais des erreurs de localisation significativement plus importantes pour les cibles gauches en comparaison aux droites ont été mises en évidence. Ce nouvel outil en RV immersive permet ainsi de mettre en évidence des déficits différents entre vision et audition, et pourrait être prometteur pour une meilleure évaluation de la NSU.