John Libbey Eurotext

Revue de neuropsychologie

MENU

Attention et maintien en mémoire de travail : une revue des données neurophysiologiques Volume 13, numéro 3, Juillet-Août-Septembre 2021

Illustrations

  • Figure 1
Auteurs
1 Université Lumière Lyon 2, Laboratoire d’étude des mécanismes cognitifs, Bron, France
2 Centre de recherche en neurosciences de Lyon, CRNL, CNRS-UMR 5292, Inserm U1028, F-69000, Lyon, France
3 Université Lyon 1, Lyon, France
4 Université Savoie Mont-Blanc, Université Grenoble Alpes, CNRS, LPNC, Grenoble, France
* Correspondance

De nombreux modèles théoriques s’accordent sur un rôle central de l’attention en mémoire de travail, qui interviendrait à la fois lors des activités de traitement et de maintien de l’information. En particulier, le maintien en mémoire de travail pourrait reposer sur le mécanisme de rafraîchissement attentionnel. L’objectif du présent article est d’examiner les apports des approches neuroscientifiques pour clarifier l’existence et le fonctionnement d’un tel mécanisme. Les études en imagerie par résonance magnétique fonctionnelle ont permis de montrer l’activation de régions cérébrales spécifiques lors du rafraîchissement. Elles confortent l’hypothèse d’un mécanisme impliqué dans le maintien d’informations de différentes natures, qui permettrait la réactivation des propriétés sensorielles des traces mnésiques. Les études électrophysiologiques mettent en évidence, quant à elles, une relation étroite entre maintien en mémoire de travail et attention et contribuent à décrire le décours temporel du rafraîchissement. Ces études sont en accord avec un mécanisme de maintien présentant les caractéristiques fonctionnelles attribuées au mécanisme de rafraîchissement attentionnel : un mécanisme permettant de maintenir des informations indépendamment de leur nature verbale ou visuelle ou de la modalité sensorielle de présentation et reposant sur l’attention.