John Libbey Eurotext

Neurologie.com

MENU

Complications neurologiques de l’infection à virus Chikungunya Volume 1, numéro 1, Mars 2009

Auteurs
Laboratoire de recherche en pathologie infectieuse, Université Paris 7 ; Service des maladies infectieuses et tropicales, Hôpital Bichat, Paris

Les épidémies d’infection à virus Chikungunya qui ont sévi sur l’Île de la Réunion entre mars 2005 et décembre 2006, touchant 266 000 personnes, tandis que 1 400 000 cas ont été rapportés en Inde en 2006, ont révélé des complications graves, notamment neurologiques, inconnues jusque-là dans cette infection émergente. Le Chikungunya est un arbovirus transmis par les moustiques Aedes, Aedes albopticus et Aedes aegypti. La forme clinique habituelle apparaît une semaine après l’exposition à une piqûre de moustique infectante, associant fièvre, éruption, arthralgies diffuses et douleurs dorsales. L’évolution est spontanément favorable en 5 à 10 jours. Les complications neurologiques rares, centrales ou périphériques récemment décrites étaient à type de méningomyélo- encéphalite parfois fatale, polyradiculonévrite ou syndrome de Guillain-Barré, et atteinte neuro-ophtalmique chez l’adulte. Des cas d’encéphalite ou méningo-encéphalite néonatale ont été signalés. Le diagnostic virologique est confirmé par la positivité de l’amplification génique (PCR) du virus Chikungunya ou de sa culture dans le LCR. Les diagnostics différentiels sont essentiellement les autres arboviroses circulant dans la zone d’exposition (co-infection avec la dengue possible), les autres méningo-encéphalites infectieuses, ainsi que le paludisme. Le traitement est purement symptomatique dans les formes simples, la réanimation avec ventilation mécanique pouvant s’avérer nécessaire dans les formes neurologiques graves.