JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

Hypertrophie ventriculaire gauche chez les hémodialysés : prévalence, étude électrique, échographique et facteurs de risque Volume 18, numéro 4, Juillet 2022

Illustrations


  • Fig. 1

  • Fig. 2

Tableaux


  • Tableau 1

  • Tableau 2

  • Tableau 3

  • Tableau 4
Auteurs

Introduction

L’hypertrophie ventriculaire gauche est la principale anomalie cardiaque chez les hémodialysés. Sa détection est possible grâce à l’électrocardiogramme et/ou l’échocardiographie. Notre étude avait pour objectifs d’évaluer la prévalence de l’hypertrophie ventriculaire gauche électrique et échographique chez les hémodialysés, et d’étudier la sensibilité et la spécificité des critères électrocardiographiques en comparaison aux données échographiques.

Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective, transversale, incluant 60 patients hémodialysés. L’hypertrophie ventriculaire gauche échographique était définie par un index de masse ventriculaire >115g/m2 chez l’homme et >95g/m2 chez la femme. La prévalence d’hypertrophie ventriculaire gauche, la sensibilité, la spécificité et l’air sous la courbe ROC ont été évalués pour chacun des quatorze critères électrocardiographiques sélectionnés.

Résultats

L’étude a inclus 27 hommes et 33 femmes avec un âge moyen de 52,6±15,8ans. Le facteur de risque cardiovasculaire le plus fréquent était l’hypertension artérielle (82 %). La prévalence d’hypertrophie ventriculaire gauche échographique était de 65 %. La prévalence de l’hypertrophie ventriculaire gauche éléctrique variait de 5 % (R en DI) jusqu’à 32 % (indice de Perugia). Les cinq indices avec la prévalence de l’hypertrophie ventriculaire gauche éléctrique la plus élevée étaient : l’indice de Perugia (32 %), l’indice de Peguero-Lo Presti (28 %), l’indice de Sokolow, l’indice de Cornell, Framingham-adjusted Cornell voltage (17 %). La sensibilité variait de 5 % pour R en DI, l’indice et le produit de Gubner-Ungerleider jusqu’à 41 % pour l’indice de Perugia. La spécificité de la plupart des indices était ≥90 % sauf pour l’indice de Perugia (85 %). La sensibilité, la spécificité, la valeur prédictive positive et négative ainsi que la prévalence d’hypertrophie ventriculaire gauche éléctrique des 5 meilleurs indices combinés étaient respectivement de 48, 90, 70,28, 77,85 et 33 %. L’hypertrophie ventriculaire gauche échographique était corrélée à un antécédent d’hypertension artérielle, l’ancienneté de l’hémodialyse, la fistule artérioveineuse, la prise de poids interdialytique, la pression artérielle systolique, une hémoglobinémie <9g/dL et l’hyperparathyroïdie.

Conclusion

La prévalence de l’hypertrophie ventriculaire gauche échographique chez les hémodialysés est élevée. La majorité des critères électrocardiographiques avaient une faible sensibilité et une bonne spécificité. Afin d’améliorer la fiabilité des critères de l’électrocardiogramme, il ne faut pas se contenter des critères classiques et combiner plusieurs indices d’hypertrophie ventriculaire gauche.

Background

Left ventricular hypertrophy is the most prevalent cardiac abnormality in hemodialysis patients. The diagnosis of this abnormality is possible by electrocardiogram and/or echocardiography. Our study aimed to assess the prevalence of left ventricular hypertrophy in hemodialysis patients and the accuracy of different electrocardiographic criteria.

Methods

This was a cross-sectional retrospective study including 60 hemodialysis patients between 2017 and 2018. A left ventricular mass index higher than 115g/m2 and 95g/m2 respectively in men and women defines echocardiographic left ventricular hypertrophy. We assessed left ventricular hypertrophy prevalence, sensitivity, specificity, and area under the receiver-operating characteristics (ROC) curve of fourteen different electrocardiographic criteria for identification of left ventricular hypertrophy.

Results

This was a cohort of 60 patients composed of 27 men and 33 women with a mean age 52.6±15,8years. Hypertension was the most common cardiovascular risk factor (82 %). The prevalence of left ventricular hypertrophy at echography was 65 %. Prevalence of left ventricular hypertrophy at electrocardiographic varied across the different criteria ranging from 5 % (R wave in DI) to 32 % (Perugia score). The highest left ventricular hypertrophy prevalence at electrocardiographic was found with the five following criteria: Perugia score (32 %), Peguero-Lo Presti index (28 %), Sokolow-Lyon index, Cornell index, Framingham-adjusted Cornell voltage (17 %). Sensitivity was ranged from 5 % (R in DI, Gubner-Ungerleider index, and product) to 41 % (Perugia score). The specificity of most criteria was ≥90 % except for the Perugia score (85 %). The sensitivity, specificity, postitive and negative productive values and left ventricular hypertrophy prevalence using the five most accurate criteria combined were respectively 48, 90, 70.28, 77.85 and 33 %. Hypertension, duration of HD, arteriovenous fistula, interdialytic weight gain, systolic blood pressure, hemoglobin <9g/dL and hyperparathyroidism were significantly associated with left ventricular hypertrophy.

Conclusion

The prevalence of left ventricular hypertrophy detected by echocardiography was high. All electrocardiographic criteria had a low sensibility and a high specificity in the diagnostic of echocardiographic left ventricular hypertrophy. To improve the accuracy of electrocardiographic criteria, it is necessary to combine several electrocardiographic criteria and not often focused on a single classic electrocardiographic index.