JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

Difélikéfaline et traitement du prurit modéré à sévère associé à la maladie rénale chronique - Étude rétrospective en vie réelle dans un centre de dialyse Article à paraître

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
Centre hospitalier de Valenciennes, service de néphrologie, médecine interne et dialyse, avenue Desandrouin C.S. 50479, 59322 Valenciennes Cedex, France
* Correspondance : R. Brasme <brasme-r@ch-valenciennes.fr>

Introduction

La difélikéfaline est à ce jour le premier et le seul traitement spécifique approuvé pour le traitement du prurit d’intensité modérée à sévère associé à la maladie rénale chronique (Pa-MRC) chez les patients adultes hémodialysés.

Patients et méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective, monocentrique, en vie réelle, chez des patients hémodialysés souffrant de Pa-MRC et traités par difélikéfaline. L’objectif principal était d’évaluer l’évolution de l’intensité du prurit au cours du suivi à l’aide de l’échelle WI-NRS (Worst Itch Intensity-Numerical Rating Scale). Les patients adultes ont été inclus s’ils étaient hémodialysés depuis au moins trois mois et souffraient d’un Pa-MRC modéré à sévère (objectivé par le score WI-NRS) pour lequel la difélikéfaline avait été prescrite.

Résultats

Onze patients (7 hommes et 4 femmes ; âge moyen : 63,8 ans) avec un temps de dialyse hebdomadaire moyen (SD) de 13 h (2,4) ont été inclus. La durée moyenne d’hémodialyse était de 5 ans (3,6) et la durée moyenne de prurit de 4,3 ans (3,2). À l’inclusion, les traitements du prurit en cours étaient des émollients pour tous les patients et des antihistaminiques pour 9 d’entre eux. Le score WI-NRS moyen était de 7,4 (1,1) au début du traitement par la difélikéfaline. À la dernière évaluation, après un suivi médian de 9 mois, la variation moyenne du score WI-NRS était de -5,1 (2,9) et 82 % des patients avaient une diminution ≥ 3 points. Des effets indésirables d’intensité légère à modérée liés à la difélikéfaline ont été rapportés chez 4 patients, tous rétablis sans séquelles.

Conclusion

Ces résultats montrent que la difélikéfaline, prescrite conformément à son indication thérapeutique, est efficace en vie réelle dans le traitement du Pa-MRC, en dehors des conditions contrôlées d’un essai clinique.