John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Pédiatrie

MENU

Les uvéites chez l’enfant : à propos de 38 cas Volume 23, numéro 1, Janvier-Février-Mars 2021

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4

Tableaux

Auteurs
1 Hôpital La Rabta, Service d’ophtalmologie, Rue Jbel Lakhdar, La Rabta Jebbari 1007, Tunis, Tunisie
2 Hôpital d’enfant Béchir Hamza 13, service de médecine infantile C, Rue Jbel Lakhdar, Bab Saadoun, Tunis, Tunisie
* Correspondance

Introduction

Les uvéites chez l’enfant sont rares. Leur caractère le plus souvent insidieux met en jeu le pronostic visuel et peut mener à la cécité. Elles nécessitent une prise en charge rapide afin d’éviter les séquelles et de préserver la fonction visuelle. L’objectif de ce travail a été de décrire les caractéristiques épidémiologiques, les aspects étiologiques, cliniques, thérapeutiques et évolutifs de l’uvéite chez l’enfant.

Matériel et méthodes

Nous avons mené une étude descriptive rétrospective auprès des enfants atteints d’uvéite. Les caractéristiques épidémiologiques, cliniques, évolutives et thérapeutiques ont été analysées à partir des dossiers médicaux.

Résultats

Trente-huit enfants (43 yeux) atteints d’uvéite ont été inclus dans notre étude. L’âge moyen de nos patients a été de 12,6 ± 3,05 ans avec une prédominance masculine (sex-ratio M/F de 1,5). Le délai médian entre le début des symptômes visuels et la consultation a été de 6 jours avec des extrêmes de 1 à 15 jours. L’uvéite a été bilatérale dans 13 % des cas. L’uvéite postérieure (19 yeux, 39,53 %) et la panuvéite (28 yeux, 30,23 %) ont été les formes anatomo-cliniques les plus fréquentes. Les principales causes ont été les uvéites toxoplasmiques et idiopathiques, 25 % et 18 %. Des corticostéroïdes systémiques ont été administrés chez 32 malades. Trois patients ont été aussi traités par azathioprine. Le suivi a été compris entre 1 et 72 mois. Les récidives ont été objectivées chez cinq malades suivis pour maladie de Behçet et syndrome de Vogt-Koyanagi-Harada. L’acuité visuelle finale des patients suivis a été supérieure à 3/10 dans 54 %, entre 1/10 et 3/10 dans 18 % et inférieure à 1/10 dans 28 %. Une cécité légale a été notée dans 9 % des yeux.

Conclusion

Le diagnostic de l’uvéite chez l’enfant représente un véritable défi étiologique, diagnostique et thérapeutique nécessitant une étroite collaboration avec le pédiatre et l’interniste.