John Libbey Eurotext

Médecine Thérapeutique / médecine de la reproduction

MENU

Interférences hétérophiles dans les dosages immunologiques : une cause d’erreur à ne pas méconnaître Volume 8, numéro 5, Septembre-Octobre 2006

Auteurs
Service de Gynécologie endocrinienne et Médecine de la reproduction, hôpital Jeanne de Flandre, CHRU de Lille, avenue Eugène Avinée, 59037 Lille Cedex, France, Laboratoire de Biochimie endocrinologique et périnatale, Pôle Eurasanté, CHRU de Lille, 59037 Lille Cedex, France

L’augmentation de l’utilisation des techniques de dosages immunologiques en pratique courante de biologie médicale a conduit à constater la possibilité d’interférences générant des résultats de dosages erronés. Ces interférences peuvent être liées à la présence dans le sérum d’un patient d’anticorps hétérophiles, c’est-à-dire d’anticorps humains capables de réagir avec les anticorps animaux entrant dans la composition de la trousse de dosage employée. Elles peuvent ainsi générer des résultats de dosage faussement élevés ou faussement abaissés, le sens de la variation étant en général imprévisible. Nous rapportons le cas d’une femme présentant une infertilité d’origine tubaire pour laquelle plusieurs dosages d’hormones peptidiques (FSH, LH, prolactine et TSH) sont revenus faussement élevés en raison de la présence de facteurs rhumatoïdes, en dehors de tout contexte de maladie inflammatoire rhumatismale ou de connectivite. La vérification des dosages par une technique différente a permis de retrouver des valeurs normales des différentes hormones dosées, résultats concordant avec la présentation clinique de notre patiente. Il est donc capital pour le clinicien de ne pas méconnaître l’éventualité de telles sources d’erreurs de dosage afin de mieux guider sa démarche diagnostique au travers de l’interprétation des résultats biologiques. Les agents bloquants qui entrent dans la composition des trousses de dosage ne permettent pas d’éliminer toutes les interférences hétérophiles. En cas de doute concernant la présence d’une interférence hétérophile, il convient de réaliser un nouveau test de dosage utilisant une trousse différente. Une bonne collaboration entre cliniciens et biologistes est donc essentielle.